Quantcast
Channel: Histoire de la Bibliophilie
Viewing all articles
Browse latest Browse all 473

Nouvelles découvertes sur le relieur Théodore Hagué

0
0
Dès le xviiie siècle, les amateurs n’hésitèrent pas à substituer aux reliures des livres anciens, d’autres reliures au goût de leur époque. Au cours du siècle suivant, qualifié « le siècle de la copie » par Henri Beraldi (1849-1931), ils se mirent à rechercher les livres anciens dans leurs reliures originales, et, quand ces reliures étaient en mauvais état, ils faisaient réaliser des restaurations ou, comme Charles Nodier (1780-1844) ou Joseph Barrois (1784-1855), ils les faisaient remplacer par des pastiches, aux décors dits « rétrospectifs ». C’est alors que des artisans peu scrupuleux firent circuler des reliures falsifiées, copiant de préférence les chefs-d’œuvre de la Renaissance, ou ajoutant à des reliures anciennes des armoiries prestigieuses : tandis que Vittorio Villa († 1892) sévissait à Bologne, puis à Milan, d’autres collectionneurs furent abusés, à Paris, à Bruxelles et à Londres par Théodore Hagué (1823-1891).


Sextus et Clementinae de Tortis (Venise, Tortis, 1496)
Armes du pape Léon X
(Blacker, 1897, n° 91)


 

On a cru longtemps que le prénom du célèbre « relieur-truqueur » Hagué était Louis, découvert dans les archives de la librairie londonienne Quaritch. Il se prénommait en réalité Pierre-Étienne-Théodore, selon son acte de mariage – perdu en 1871 et reconstitué – à Paris, du 31 décembre 1853, avec Eugénie Coutin, née à Reims le 11 août 1836. Il serait né à Paris, fils d’un chantre de la cathédrale, et serait venu à Reims pour faire son apprentissage chez le relieur Jean-Baptiste Tinot.


Tinot avait été formé par l’habile Charles-François Capé (1806-1867), rue Dauphine, à Paris, relieur de l’Impératrice Eugénie, qui était devenu célèbre pour ses compositions pastichées et qui, selon Edmond de Goncourt, « était inimitable pour la résurrection des reliures riches du xviiie siècle et de leurs arabesques fleuries ». Tinot avait ensuite fondé son atelier de reliure et dorure sur tranche en 1852, au n° 25 de la rue Saint-Symphorien, à Reims. Un peu plus tard, il le transféra au n° 5 de la rue de l’École de Médecine, puis au n° 36 de la rue du Bourg-Saint-Denis, actuelle rue Chanzy. Sa spécialité était, selon sa propre publicité, la « Reproduction de Reliures Antiques de toutes les époques ». Tinot exerça jusque vers 1882, eut une certaine vogue, et ses reliures furent remarquées dans les expositions régionales : à celle de Troyes, en 1860, il obtint une médaille d’argent pour ses très belles reliures, tandis que sa fille Clémentine, ouvrière chez lui, obtenait une mention honorable, et son contremaître, Riche, une médaille de bronze.

Pontificale romanum (Venise, Giunta, 1561)
Armes du pape Pie IV
(Wittock, 7 octobre 2005, 3.360 £)
Après son retour à Paris, Hagué partit pour Londres en 1858 et fut employé dans l’atelier de Joseph Zaehnsdorf (1816-1886), un des relieurs les plus remarquables de la seconde moitié du xixe siècle, mais dont les reliures reproduisaient les défauts reprochés à presque toutes les reliures anglaises, c’est-à-dire des châsses trop larges et des cartons trop épais.

Né en Hongrie, Zaehnsdorf avait fait son apprentissage à Stuttgart, puis avait travaillé en Autriche, en Suisse et en France avant de se rendre à Londres en 1837, où il travailla pour Westley & Co, puis pour Mackenzie. Il s’était installé à son compte en 1842 au 30 Brydges Street, Covent Garden : relieur du roi de Hanovre, il réalisait des reliures « in the Monastic, Grolier, Maioli and Illuminated styles ». C’est son fils, Joseph-William Zaehnsdorf (1853-1930), son associé puis son successeur, qui publia un traité pratique de reliure intitulé The Art of Bookbinding (London, George Bell & Sons, 1880).





Le Champion des dames (Lyon, J. du Pré, 1488)
Armes de Montmorency
(New York, 24 octobre 2007, 40.000 $)

À Londres, Hagué rencontra le célèbre Bernard Quaritch (1819-1899), surnommé par ses collègues « le tsar des libraires antiquaires », grand spécialiste de la reliure dite « historique », qui entretenait des rapports ambigus avec le monde des faussaires.

Né en Allemagne, Quaritch avait travaillé chez des libraires à Nordhausen et à Berlin avant de partir en 1842 à Londres, où il fut engagé par le premier libraire d’occasion d’Angleterre, Henry Bohn (1796-1884). Il s’était installé à son compte en 1847, au 16 Castle Street, Leicester Square. Vers 1858, il avait commencé à acheter des livres rares, et il avait déménagé en 1860 au 15 Piccadilly.


Hagué rencontra également le fameux Guillaume Libri (1803-1869) qui, poursuivi en France pour avoir soustrait frauduleusement de nombreuses pièces des dépôts publics, s’était réfugié à Londres en 1848 et avait été condamné par contumace en 1850 à dix ans de réclusion ; il continuait néanmoins d’organiser la vente des caisses de livres qu’il avait emportées avec lui. Hagué mourait presque de faim à Londres, lorsqu’il rencontra Libri qui le guida dans la restauration des vieilles reliures, alors authentiques. Il travailla également pour le duc d’Aumale, exilé à Londres depuis 1848, mais ayant mis les livres du prince en gage, il le perdit comme client. C’est alors qu’il se mit à fabriquer des fausses reliures.




Sextus liber Decretalium (Paris, U. Gering et B. Rembolt, 1500)
(Blacker, 1897, n° 39)
(New York, 19 mai 2000, 5.640 $)

Hagué quitta l’Angleterre et vint s’installer, vers 1868-1870, dans une maison de Croissy-sur-Seine (Yvelines).

Tandis qu’il réparait des reliures anciennes pour les amateurs et les libraires, il achetait discrètement des livres anciens dont la reliure était sans ornementation et les transformait en fausses reliures du xvie siècle pour des personnages illustres, brillamment exécutées. Il prenait les empreintes d’armoiries sur des volumes authentiques et, par les procédés nouveaux de la galvanoplastie, il fabriquait lui-même des fers armoriés absolument semblables aux anciens. Il travailla ainsi pour de grands bibliophiles : Joseph Renard (1822-1882), maire d’Écully (Rhône), l’imprimeur Ambroise-Firmin Didot (1790-1876), dont la bibliothèque renfermait au moins 67 reliures exécutées en fac-similé, dispersées au cours des six ventes publiques qui eurent lieu entre 1878 et 1884.

Ses stratagèmes finissant par être connus à Paris, il voyagea alors en Champagne, où il réussit à vendre à Eugène Deullin (1827-1897), riche banquier sparnacien, un certain nombre de reliures soi-disant historiques du xvie siècle. Cet amateur, cazinophile par ailleurs, ne tarda pas à céder ses fausses reliures, qui disparurent alors du marché français, à Edwin Tross (1822-1875), libraire-éditeur et bibliophile, rue Neuve-des-Petits-Champs, à Paris, qui connaissait la supercherie.



L'Histoire des successeurs de Alexandre le Grand
(Paris, Josse Bade, 1530)
(Londres, 7 juillet 2004, 5.378 £)

Après la guerre franco-prussienne, ses créanciers obligèrent Hagué à s’enfuir en Belgique, ce qui ne l’empêcha pas de revenir périodiquement en France. Le libraire parisien Anatole Claudin (1833-1906) rapporta que « sa présence [à Bruxelles] fut décelée par l’apparition soudaine d’un lot de reliures princières [...] Les gens honnêtes s’abstinrent ; mais, comme à Paris, des spéculateurs et des gens sans scrupule les achetèrent à de petits prix, espérant les repasser avec de gros bénéfices. »

Hagué était à Bruxelles sous un faux nom : « J. Caulin ». Son atelier était rue Caroly, à Ixelles, une des dix-neuf communes de la capitale. Il y réalisait des reliures rétrospectives du xvie siècle : il se réservait le travail de décoration et confiait le lavage et le corps d’ouvrage à des artisans habiles, dont Joseph-François Dubois d’Enghien. Il les proposait, comme authentiques, à Quaritch, qui prenait 5 % de commission, et avec lequel il entretenait une correspondance régulière, sous forme de lettres strictement personnelles et de lettres qui pouvaient être montrées à des acheteurs potentiels.


À partir de 1882, Quaritch eut des doutes sur l’authenticité des reliures que lui fournissait Caulin : certaines avaient des couleurs trop vives pour être du xvie siècle, d’autres présentaient des armes manifestement retouchées récemment ou dont le propriétaire était mort avant la date d’impression de l’ouvrage, d’autres encore semblaient avoir servi à un remboîtage. Quaritch contestait alors les prix trop élevés, mais Hagué continuait d’affirmer qu’il s’agissait de reliures authentiques. Parmi les clients amateurs figuraient le peintre Charles-Fairfax Murray (1849-1919), le fabricant de tapis Michael Tomkinson (1841-1921) et, « le gros client », John Blacker (1823-1896), homme d’affaires qui commerçait avec l’Amérique du Sud.

Ce dernier devint le seul client à partir de décembre 1885, après qu’il eut appris la véritable identité de Caulin, lors d’un voyage en France, à Blois : persuadé que Hagué voulait récupérer ses reliures à bas prix pour les revendre, il continua à acheter des reliures chez Quaritch. Celui-ci, pourtant informé de la découverte de Blacker, accepta de poursuivre les ventes, mais en dégageant sa responsabilité et en faisant passer sa commission à 10 % : il devenait ainsi complice du faussaire. C’est à cette époque que Caulin lui interdit la vente au duc d’Aumale et au baron de Rothschild, qui connaissaient sa malhonnêteté.



John Blacker et son fils Carlos

Chaque soir après le dîner, au 12 Sussex Square, Blacker examinait seul et en secret ses chers livres. Chaque livre était placé dans un coffret en cuir tapissé intérieurement de velours, fabriqué par Leuchars, installé dans Bond Street, et dans lequel était glissé un sachet parfumé Atkinson. Le bibliopégimane gardait à portée de main un tissu de soie permettant de cacher les livres en cas de l’arrivée d’un intrus.

En 1890, Hagué se rendit à Londres chez Quaritch où il rencontra Blacker : malgré les aveux de contrefaçon du relieur, Blacker continua de croire à l’authenticité des reliures qu’i possédait, mais cessa alors d’en acheter. Il avait dépensé au total, selon sa belle-fille, plus de 70.000 £.


En 1887, ce fut au tour de l’expert de Quaritch, le bibliographe Michael Kearney, d’avoir des doutes : il renvoya à Caulin une reliure aux armes de Catherine de Médicis, qui lui paraissait de fabrication récente.


Hagué rentra en France et s’installa en Normandie, selon Claudin, pour y mourir. Le 19 mars 1891, Madame Hagué annonça à Quaritch la mort subite de son mari Théodore, à l’âge de 68 ans, le lundi 16 mars 1891, à 9 h. 30 du matin : c’est ainsi qu’elle révéla le véritable prénom de son mari et sa naissance en 1823. Le 7 avril suivant, de Rouen, la veuve Hagué adressa une autre lettre à Quaritch pour lui proposer de lui céder, contre la somme de 6.000 francs, des dessins d’ornements ayant appartenu à son mari, ce que le libraire accepta. Jusqu’à présent, les recherches n’ont pas permis de retrouver l’acte de décès de Hagué à Rouen, lieu d’affranchissement des lettres de sa veuve et ville nommée par Henri Menu.

Cinq ans plus tard, à la mort de son père, Carlos Blacker apporta des reliures au British Museum : les experts annoncèrent en dix minutes qu’elles étaient fausses. Pour éviter le ridicule à son père, préserver l’honnêteté de Quaritch et la crédibilité de son expert, il fit procéder à la vente publique de la collection de reliures par Sotheby, Wilkinson & Hodge, sans publicité, le 11 novembre 1897.




Le Catalogue of a remarkable collection of books in magnificent modern bindings formed by an amateur (Recently deceased) présentait 110 reliures, dont une reliure authentique [Biblia Germanico-Latina.Wittenberg, J. Krafft, 1574] et 109 reliures de Hagué, aux armes ou devises de François Ier (14 reliures), Henri II et Diane de Poitiers (11), Jean Grolier (11), Thomas Mahieu (7), Anne de Montmorency (6), Pierre-Ernest de Mansfeldt, gouverneur de Luxembourg (4), Charles IX (4), Diane de Poitiers (4), Catherine de Médicis (4), du pape Jules III (3), Henri II (3), Charles de Lorraine (3), Henri IV (3), Henri III (3), du pape Paul III (2), Philippe II (2), Marc Lauwereins, de Bruges (2), du pape Paul IV (2), Louis de Sainte-Maure, marquis de Nesle (2), etc. L’ensemble rapporta 1.907 £ et parmi les  acheteurs furent remarquées les librairies Uriah Maggs, Henry Sotheran, et même Bernard Quaritch pour 27 lots.



Chez Sotheby's : Quaritch est immédiatement au-dessous de la tribune
du commissaire-priseur


Outre les reliures des ventes Didot et Blacker, celles achetées par Tross, celles détenues par Quaritch et celles des clients de Hagué non identifiés sont susceptibles d’apparaître un jour sur le marché. L’impressionnante perfection de leur composition et de leur exécution, liées aux moyens techniques utilisés par l’habile faussaire, ne pourront alors que les trahir.






Viewing all articles
Browse latest Browse all 473

Latest Images

Trending Articles





Latest Images