Quantcast
Channel: Histoire de la Bibliophilie
Viewing all articles
Browse latest Browse all 473

François Garde (1818-1878), collectionneur de livres illustrés

0
0

La reproduction des articles est autorisée à la condition que l'origine en soit citée.

Beau patronyme pour un « gardien de Bibliopolis » …

Roquemaure (septembre 2016)

D’une famille de tonneliers originaire de Condrieu [Rhône], berceau du cépage « viognier » - seul cru des côtes-du-rhône septentrionales à être exclusivement produit en blanc -, François Garde est né à Roquemaure [Gard] le 5 octobre 1818.



Il était fils de François Garde, tonnelier à L’Ardoise [Laudun-L’Ardoise, Gard], petit port en bordure du Rhône, qui servait de débouché aux vins de la contrée, où il est né le 22 janvier 1774, et de Jeanne Reboul, née à Châteauneuf-du-Pape [Vaucluse] le 22 septembre 1778, mariés à Orange [Vaucluse], le 13 fructidor An XI [31 août 1803].

François Garde, « le Jeune », fut d’abord employé à Lyon, comme secrétaire de Sébastien-Louis Rosaz (1777-1849), expert-arbitre de commerce et collectionneur, 4 place Neuve-Saint-Jean, puis entra comme apprenti chez Hyacinthe Charvin (° 1787), imprimeur 2 rue Chalamont [rue Dubois]. Pour se perfectionner dans son état, François Garde s’en alla à Paris. 

Photographie BnF


En 1841, il participa à la fondation du journal communiste L’Humanitaire, dont seuls deux numéros parurent, autour des frères Jean Charavay (1816-1883) et Gabriel Charavay (1818-1879), de l’agronome Jean-Joseph May (1816-1842) et du cordonnier Jean Sans. 



Il fut employé dans l’Imprimerie centrale des chemins de fer, que Napoléon Chaix (1807-1865) avait fondée en 1845 au 7 rue Neuve-des-Bons-Enfants [Ier] et qu’il transféra en 1847 au 20 rue Bergère [IXe], dans l’ancien hôtel du fermier général Lenormand de Mézières, puis dans l’Imprimerie de Théophile Renou (1805-1871) et de Charles Maulde (1796-1858), installée depuis 1852 au 144 rue de Rivoli, au coin de celle de l’Arbre-sec [Ier] et enfin à l’Imprimerie nationale, installée depuis 1808 dans l’ancien hôtel de Rohan, rue Vieille-du-Temple [IIIe].

Quai du Marché Neuf vers 1850,. avec l'ancienne morgue
Photographie Henri Le Secq

 

Demeurant alors 40 quai du Marché Neuf [IVe], François Garde épousa, le 15 janvier 1848, Marie-Joséphine Prothaix, née à Saint-André-Farivillers [Oise] le 21 août 1824, fille de Cyr-Ambroise Prothaix, charpentier, et de Marie-Anne-Adélaïde Gueudet : ces derniers étaient nés respectivement le 12 nivôse An IV et le 9 vendémiaire An VII au hameau de Hédencourt, sur la même commune.

Ayant pris rang parmi les ouvriers les plus habiles, François Garde devint un membre influent de plusieurs sociétés professionnelles et fut délégué officiel de la ville de Paris et du ministre du Commerce à l’Exposition universelle de Londres en 1851.


 

La carrière industrielle de François Garde commença en 1858, quand Alexandre Lefranc (1830-1894) lui confia la direction de sa maison de fabrication d’encres d’imprimerie, 4 rue de l’Abbaye [VIe].

Photographie BnF


François Garde fut le principal collaborateur de L’Imprimerie, journal de la typographie et de la lithographie, fondé par Gabriel Charavay en 1864, auquel il a fourni de nombreux articles techniques.


 

François Garde avait réuni la collection la plus complète des livres illustrés de son siècle et utilisait un ex-libris [28 x 22 mm], qui montre une presse d’imprimeur devant un livre ouvert, portant les initiales F et G, une médaille avec le profil des trois premiers imprimeurs et un tonneau d’encre, avec, au-dessus, sur une banderole, la légende « JE LUI DOIS TOUT ». 


 

Intéressé aussi par l’agriculture, François Garde voulut acquérir une propriété dans son pays natal et mit alors en vente une partie de sa bibliothèque en l’hôtel des commissaires-priseurs, rue Drouot, salle n° 3, du lundi 13 au samedi 18 octobre 1869, en 6 vacations : Catalogue de la bibliothèque illustrée de M. F. Garde, Rédacteur principal du journal l’Imprimerie (Paris, Bachelin-Deflorenne, 1869, in-8, VIII-200 p., 1.097 + 9 doubles [bis] = 1.106 lots), dont Théologie [39 lots = 3,52 %], Jurisprudence [10 lots = 0,90 %], Sciences et Arts [282 lots = 25,49 %], Belles Lettres [519 lots = 46,92 %], Histoire [249 lots = 22,51 %], Articles omis [7 lots = 0,63 %], et 4 corps de bibliothèque en acajou. La vente produisit 57.555 francs et 50 centimes.

« Il n’a pas fallu moins de trente ans à M. Garde pour former cette magnifique bibliothèque, qui est unique, assurément, en son genre.

Nul autre que lui n’y fût peut-être parvenu, car il fallait réunir, tout à la fois, les connaissances spéciales, le goût dans le choix, l’ardeur et la persévérance dans les recherches, et l’avantage des relations journalières avec les Imprimeurs et les Éditeurs. Enfin, il fallait être, comme lui, à l’affût de toutes les publications nouvelles et posséder tous les petits secrets du métier. On comprend dès lors la présence, dans cette bibliothèque, de ces exemplaires uniques ou exceptionnels, si purs d’impression, sur chine ou sur papiers de choix.

Notre infatigable amateur a voulu avoir sa collection de livres illustrés au grand complet, et il y est parvenu. Aux chefs-d’œuvre de Marillier, d’Eisen, de Fiquet, de Moreau, etc., pour le XVIIIe siècle, s’ajoutent, dans cette précieuse galerie, ceux de David, Tony Johannot, Raffet, Charvet, Grandville, Gigoux, Staal, Monnier, Gustave Doré et tant d’autres. On y trouve toute la série des beaux tirages des Didot, les impressions si recherchées d’Everat, de Crapelet, de Lacrampe, de Schneider et Langrand, Rignoux, Silbermann, Charles Lahure, Jules Claye, Béthune et Plon, etc., les somptueuses publications de Curmer, de Serré, de Mame, Paulin, Bourdin, Warée, Coquebert, Barbier, Armand-Aubrée, Hachette, Hetzel, etc.

Cette collection d’éditions épuisées, et la plupart introuvables aujourd’hui, est un véritable musée des arts graphiques, où l’artiste, l’imprimeur, le fondeur en caractères, le fabricant de papiers, le relieur, tous les industriels qui concourent à la confection du livre, peuvent trouver les meilleurs modèles et les plus fécondes inspirations.

Tous ces livres sont reliés avec luxe par Capé, Hardy, Raparlier, etc. Inutile de dire qu’aucun exemplaire n’est rogné, et qu’il n’y en a pas un seul qui n’ait été soigneusement collectionné par le possesseur lui-même, qui se plaisait à y ajouter de nombreuses figures. »

(« Préface », p. VI-VII)

Photographie Camille Sourget

 

8. Le Livre d’Heures de la reine Anne de Bretagne, traduit du latin et accompagné de notices inédites par M. l’Abbé Delaunay, chanoine de Meaux et curé du diocèse de Paris. Paris, L. Curmer, 1841 [i. e. 1861], 2 vol. in-4, tirage 850 ex., monté sur onglets, mar. du Levant semé de fleurs de lys d’or (Guislain-Romain Raparlier, né à Paris, 45 rue de la Grande Truanderie [Ier], le 13 octobre 1821, mort à Paris, 7 rue des Canettes [VIe], le 19 janvier 1880, relieur 7 rue des Canettes).



12. L’Imitation de Jésus-Christ. Paris, L. Curmer, 1856-1858, 2 vol. in-4, demi-rel. mar. Lavallière, avec coins, dos à petits fers, dor. en tête, non rog. (Raparlier). Un des chefs-d’œuvre de la chromolithographie française.



16. La Légende de Sainte Ursule, princesse britannique, et de ses onze mille vierges. Paris, F. Kellerhoven, 1863, gr. in-4, demi-rel. mar. r. du Levant, avec coins, dor. en tête, non rogné.



82. Le Jardin des plantes. Description complète historique et pittoresque du Muséum d’histoire naturelle, de la ménagerie, des serres, des galeries de minéralogie et d’anatomie, et de la vallée suisse […]. Par MM. P. Bernard, L. Couailhac, Gervais et Emm. Lemaout. Paris, L. Curmer, 1842, 2 vol. in-8, demi-rel. mar. brun avec coins, dos à petits fers, têtes dor., non rognés.  

Photographie Librairie Giard


90.L’Oiseau par J. Michelet. Paris, L. Hachette et Cie, 1867, 8eédition illustrée de 210 vignettes sur bois, dessinées par H. Giacomelli, in-4 cart., façon de Hollande, n. rog. (Frédérick-Nielsen Behrends, né au Danemark le 6 septembre 1841, relieur 15 rue d'Argenteuil [Ier], puis 8 rue Gît-le-Cœur [VIe]). Un des plus beaux livres moderne, la fine fleur de la librairie Hachette. 




107. Les Trésors de l’art. Par M. J. G. D. Armengaud. Paris, Ch. Lahure, 1859, in-fol., 46 pl. gravées sur acier, demi-rel. mar. r., plats maroquinés et ornés, tr. dor. (Martin Heldt).


Photographies Librairie Pierre Adrien Yvinec, Paris


125.Galeries historiques de Versailles publiées par l’ordre du Roi, et dédiées à S. M. la Reine des Français, par Ch. Gavard, capitaine au corps royal d’état-major, inventeur du diagraphe. Paris, 1837 et suivantes, 19 vol. gr. in-fol., demi-rel. mar. r. du Levant, dos et coins, doré en tête, non rogné (Niedrée). Ex. en premières épreuves, avec annotations autographes du roi Louis-Philippe et une lettre du Roi à M. de Beaumont du 15 novembre 1839.



132. The Life of Man, symbolised by the months of the year. London, Longmans, Green, Reader, and Dyer, 1866, gr. in-4, carton. anglais à compart. de diverses couleurs, tr. dor. Texte par Richard Pigot, ill. par John Leighton. Un des plus beaux livres produits par l’Angleterre.  

Photographie BnF


133. Arthur Mangin. Les Jardins, histoire et description. Dessins par Anastasi, Daubigny, V. Foulquier, Français, W. Freeman, H. Giacomelli, Lancelot. Tours, Alfred Mame et fils, 1867, in-fol., demi-rel. mar. bleu du Levant, avec coins, dos à petits fers, doré en tête, non rogné (Raparlier). Rare ex. sur pap. surfin teinté du premier tirage. Digne pendant de la Touraine.



149. Le Diable à Paris. Paris […], précédé d’une Histoire de Paris par Théophile Lavallée. Paris, J. Hetzel, 1845, 2 forts vol. très gr. in-8 Jésus, demi-rel. mar. marron, dos à petits fers, tête dor., non rogné (Hardy). Illustrations par Gavarni. Fig. ajoutées.

Photographie BnF


153. Un autre monde […], par Grandville. Paris, H. Fournier, 1844, in-4, titre rouge, fig. coloriées, demi-rel. mar. marron, dos orné, tête dor., non rogné (Hardy). La plus excentrique et la plus originale des compositions de notre grand dessinateur. Modèle d’impression, tiré par le célèbre Aristide Derniame, inventeur de la mise en train mécanique.

Photographie Librairie KPMA, Paris


159. Les Fleurs animées par J.-J. Grandville, Introduction Par Alph. Karr, Texte Par Taxile Delord. Paris, Gabriel de Gonet, s. d., 2 vol. gr. in-8, demi-rel. mar. r., non rogné. Fig. coloriées de premier état.



295. Le Miroir de fauconnerie […]. Par Pierre Harmont dit Mercure, Fauconnier de la Chambre. Rouen, Clément Malassis, 1650, in-4, fig. sur bois, veau jaspé. Exemplaire de Huzard.



383.
Le Pegme de Pierre Coustau, avec les narrations philosophiques, mis de Latin en Françoys par Lanteaume de Romieu Gentilhome [sic] d’Arles. Lyon, Barthelemy Molin, 1560, pet. in-8, demi-rel. mar. r. Texte encadré et entouré de bordures sur bois.



403. La Henriade, poëme épique en dix chants, par François-Marie Arouet de Voltaire. Paris, Firmin Didot, 1819, gr. in-4, gr. pap. vélin, demi-rel. mar. du Levant, avec coins, dos fleurdelisé, doré en tête, non rogn. (Raparlier). Avec 3 portraits ajoutés et suite des 10 fig. de Moreau gravées en 1782.



453. Fables causides de La Fontaine en bers gascouns. Bayoune, Paul Fauvet Duhard, 1776, in-8, mar. r., fil., tr. dor. (Derome). Avec l’ex-libris de M. de Cangey, gentilhomme ordinaire de la chambre de monseigneur le comte d’Artois.

Photographie BnF


455. Les Amours de Psyché et de Cupidon, suivies d’Adonis, poëme, par Jean de La Fontaine. Edition ornée de [5] gravures d’après les desseins de Gérard, peintre. Paris, P. Didot l’Aîné, An V. 1797, gr. in-4 en pap. vélin, demi-rel. mar. r. du Levant, dos à petits fers, coins, dor. en tête, non rogn. (Raparlier). Avec portrait-médaillon de P. Didot l’Aîné et 63 fig. lithographiées ou gravées à l’eau-forte.



461. Les Contes rémois par M. le Cte Louis de Chevigné. Dessins de E. Meissonier. Paris, Michel Lévy frères, 1861, 5eédition, in-8 Jésus, demi-rel. mar. orange du Levant, avec coins, dos à petits fers, imitation de Derome (Raparlier).



472. Contes et nouvelles de La Fontaine.Edition illustrée par Tony Johannot, Cam, Roqueplan, Déveria, C. Boulanger, Fragonard père, Janet-Lange, Français, Laville, Ed Vattier et Adrien Féart. Paris, Armand Aubrée, s. d. [1839], gr. in-8, demi-rel. mar. Lavallière du Levant, avec coins, dos mosaïque, dor. en tête, non rogn. (Raparlier). Avec la suite des fig. des Fermiers généraux [réimpression] sur Chine à 5 exemplaires, la suite des fig. d’après Desenne sur Chine et 4 portraits de La Fontaine.



481.Œuvres complètes de P.-J. de Béranger. Edition illustrée par J. J. Grandville. Paris, H. Fournier Aîné et Perrotin, 1836, 3 vol. in-8 Jésus, demi-rel. v. rose. Avec suite des fig. de Grandville sur Chine, portr. de l’auteur par Hopwood



482.Œuvres complètes de P.-J. de Béranger. Nouvelle édition revue par l’auteur, illustrée de cinquante-deux belles gravures sur acier, entièrement inédites. Paris, Perrotin, 1847, 2 vol. in-8 Jésus, demi-rel. mar. brun. La plus brillante et la mieux illustrée des nombreuses éditions de notre immortel chansonnier.



508.Schillers Gedichte. Jubiläums – Ausgabe. Stuttgart, Cotta’scher Verlag, 1859-1862, gr. in-4, rel. mar. violet, à biseaux, tr. dor., avec le portrait de Schiller en bronze doré sur le premier plat, date 1859 en bronze doré au dos, gardes en moire blanche. Un des plus beaux spécimens de l’art typographique allemand.  

Photographie Librairie Le Feu Follet


535.Œuvres complètes de Molière […]. Précédée de l’histoire de sa vie et de ses ouvrages par M. J. Taschereau. Paris, Furne et CIE, 1863, 6 vol. gr. in-8, mar. r. du Levant, dent., tr. dor., à l’imitation des rel. dites « à l’oiseau » de Derome (Belz-Niedrée). Un des 100 sur pap. vergé de Hollande, avec 6 portr. de Molière avant la lettre, 1 eau-forte de Flameng, 1 vign. de Desenne avant la lettre, suite des fig. de Moreau pour Renouard, suite avant la lettre des fig. de Desenne gravées par Larcher. 

Photographie Librairie Hérodote, Paris


560. Les Cent Nouvelles Nouvelles. Suivent les cent nouvelles contenant Les Cent Histoires Nouveaux, qui sont moult plaisant à raconter, en toutes bonnes Compagnies ; par manière de joyeuseté. Cologne, Pierre Gaillard, 1701, 2 vol. pet. in-8, fig., mar. r., fil., tr. dor. (Derome). Fig. gravées d’après Romain de Hooghe, tirées à part du texte, ce qui est peu commun et préférable.

Photographie BnF


598. Balzac illustré. La Peau de chagrin. Etudes sociales. Paris, H. Delloye et Victor Lecou, 1838, gr. in-8, demi-rel. mar. bleu avec coins, tête dor., non rogn. (David). Vignettes in-texte gravées sur acier, tirées en taille-douce après l’impression typographique. Fig. sur Chine hors-texte.



602. Paul et Virginie par J.-H. Bernardin de Saint-Pierre. Paris, L. Curmer, 1838, gr. in-8, mar. plein du Levant, fil., dent. int., tr. dor., rel. à petits fers, à l’imitation de celles dites « à la Rose » de Derome (Raparlier). Premier tirage [25 rue Sainte-Anne], exemplaire « à la bonne femme » [portrait de Madame Curmer p. 418].

Photographie BnF


633. Victor Hugo. Notre-Dame de Paris. Edition illustrée d’après les dessins de MM. E. de Beaumont, L. Boulanger, Daubigny, T. Johannot, de Lemud, Meissonnier, de Rudder, C. Roqueplan, Steinheil. Paris, Perrotin et Garnier frères, 1844, gr. in-8, demi-rel. mar. vert clair du Levant, avec coins, dos à petits fers, dor. en tête, non rogn. (Raparlier). Ex. de premier tirage avec un portrait de l’auteur ajouté.



766. Les Contes drolatiques colligez ez abbayes de Touraine et mis en lumière par le sieur de Balzac […]. Cinquiesme édition illustrée de 425 dessins par Gustave Doré. Paris, Société générale de librairie, 1855, in-8, demi-rel. mar. r. du Levant, avec coins, dos à petits fers, dor. en tête, non rogné (Raparlier). Un des 3 ex. sur pap. de Chine, avec une lettre autographe de Gustave Doré et son portrait photographié par Pierre Petit.



802.Œuvres de M. Boileau Despréaux. Paris, David et Durand, 1747, 5 vol. in-8, mar. r., fil., tr. dor. (Derome).



813.
Œuvres diverses de M. de Fontenelle. La Haye, Gosse & Néaulme, 1728-1729, 3 vol. in-fol., mar. r., fil., tr. dor. (Derome). Fig. gravées par Bernard Picart.



822.Œuvres de François Rabelais, contenant la vie de Gargantua et celle de Pantagruel […]. Illustrations par Gustave Doré. Paris, J. Bry Aîné, 1854, gr. in-8, fig. dans le texte et front. gravé, demi-rel. mar. brun. Première édition. Début de Gustave Doré.  



850. La Russie historique, monumentale et pittoresque par Piotre Artamof [pseudonyme du comte Vladimir de La Fite de Pelleport (1818-1870)], avec la collaboration de M. J.-G.-D. Armengaud. Paris, Ch. Lahure et CIE, 1862, 2 vol. pet. in-fol., fig., demi-rel. mar. du Levant Lavallière, avec coins, dor. en tête, non rogné (Raparlier). Ex. de premier tirage.




914.Histoire de France, depuis Faramond [sic] iusqu’à maintenant […]. Par F. E. du Mezeray. Paris, Mathieu Guillemot, 1643-1646-1651, 3 vol. in-fol., mar. citr., fil., tr. dor. (Derome). Aux armes de Mesdames de France. Ex. bien complet, difficile à trouver.



1.038. Statuts de l’Ordre du Saint-Esprit, au droit désir ou du nœud, institué à Naples en 1352, par Louis d’Anjou, premier du nom […]. Manuscrit du XIVME siècle […], par M. le comte Horace de Viel-Castel. Paris, Engelmann et Graf, 1853, in-fol., tiré à très petit nombre, mar. du Levant, dent. et compart. à froid, semé de fleurs de lis, écussons, armoiries, insignes de l’Ordre (Gruel). Chef-d’œuvre de chromolithographie en or et en couleurs. 


 

Séparé de Lefranc en 1871, François Garde vendit le reste de sa bibliothèque en l’hôtel des commissaires-priseurs, rue Drouot, salle n° 4, du mardi 11 au samedi 15 juin 1872, en 5 vacations : Catalogue de la bibliothèque illustrée de M. F. Garde[…]. Deuxième partie (Paris, Bachelin-Deflorenne, 1872, in-12, [4]-151-[1 bl.] p., 1.095 + 5 doubles [bis] = 1.100 lots), dont Théologie [74 lots = 6,72 %], Sciences et Arts [177 lots = 16,09 %], Belles Lettres [523 lots = 47,54 %], Histoire [229 lots = 20,81 %], Collection de raretés bibliographiques publiée par J. Gay [81 lots = 7,36 %], Autographes [5 lots = 0,45 %], Supplément [11 lots = 1 %].


 

16. I Salmi di David. Tradotti dalla lingua Hebrea nella Italiana. Paris, Jamet Mettayer, 1588, in-16, mar., fil., ornements de marguerites sur les plats, tr. dor. A sans doute appartenu à Marguerite de Valois. Sur le feuillet de garde de la fin, deux lignes de la main de Catherine de Médicis.



19 bis.Œuvre de Jehan Foucquet. Heures de maistre Estienne Chevalier. Paris, L. Curmer, 1866-1867, 2 vol. in-4, mar. br., tr. dor. (Belz-Niedrée).

Photographie BnF


127.Histoire artistique, industrielle et commerciale de la porcelaine […], par Albert Jacquemart & Edmond Le Blant, enrichie de vingt-six planches gravées à l’eau-forte par Jules Jacquemart. Paris, J. Techener, 1862, in-fol., mar., fil., comp., tr. dor. (Belz-Niedrée).

Photographie Librairie Le Feu Follet


265.L’Iliade et l’Odyssée d’Homère, traduites en françois, avec des remarques. Par Madame Dacier. Paris, G. Martin, H. L. Guérin, A. Boudet, & L. F. Delatour, 1756, 8 vol. in-12, fig., mar. vert, fil., tr. dor. (Derome). Fig. de l’édition de 1711 ajoutées.



382. Fables choisies, mises en vers par M. de La Fontaine. Paris, Denys Thierry et Claude Barbin, 1678-1694, 5 tomes en 3 vol. in-12, fig. de Chauveau, mar. n., tr. dor. (Rel. anc.). Ex. réglé.



811. C. Corn. Tacitus ex I. Lipsii Editione cum. Not. et Emend. H. Grotii. Lugduni Batavorum, Ex Officina Elzeviriana, 1640, 2 vol. in-12, mar. r., fil., doublé de mar. r., dent., tr. dor. (Boyet).

Photographie Camille Sourget



1.087.Œuvres diverses Du Sieur D *** avec le Traité du sublime ou du merveilleux dans le discours. Paris, Denys Thierry, 1674, in-4, front. et fig. de Chauveau, mar. r., fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Première édition de Boileau sous le titre Œuvres.





1.089. Le Théâtre de P. Corneille, Reveu & corrigé, & augmenté de diverses pièces nouvelles. Suivant la Copie imprimée à Paris, 1664, 5 tomes en 4 vol. – Les Tragédies et Comédies de Th. Corneille, Reveues & corrigées, & augmentées de diverses pièces nouvelles. Suivant la Copie imprimée à Paris, 1665, 1670 et 1678, 5 vol. Ensemble 10 tomes en 9 vol. pet. in-12, fig., mar. r., tr. dor. (Lortic).



1.093. Idylles, par M.r Berquin. Paris, Ruault, 1775 – Romances, par M.rBerquin. Paris, Ruault, 1776. Ensemble 3 vol. in-8, mar. vert, dent., fil., tr. dor., tabis (Bozerian). Ex. de Renouard avec les 32 dessins originaux de Marillier et trois suites.

Photographie Getty Images

1.095. Les Amours pastorales de Daphnis et de Chloé. Paris, Lamy, Imprimerie de Monsieur, 1787, gr. in-4, mar. viol., comp., doublé de mar. olive, gardes de mar. olive, tr. dor. (Thouvenin). Ex. du prince d’Essling, sur peau de vélin, avec les gravures peintes.     

In Album illustré de l'Almanach Didot-Bottin (1878, p. 193)


 

François Garde acquit alors une ancienne usine à Aubervilliers [Seine-Saint-Denis] et devint lui-même fabricant. En 1876, il céda son établissement, en pleine prospérité, à Émile Cauderon, expert en comptabilité, mais en s’en réservant la direction. En novembre 1877, il se fit remplacer par son beau-frère, Pierre-Léonard-Alphrède Prothaix, né le 10 janvier 1840 au hameau de Hédencourt.

4 rue de Savoie, Paris VI (avril 2019)


Ruiné par la perte de sa propriété gardoise détruite par le phylloxera, François Garde fit brutalement un accident vasculaire cérébral et, après trois jours d’agonie, succomba le 20 novembre 1878 à son domicile du 4 rue de Savoie [VIe]. Ses funérailles eurent lieu le 22 novembre suivant.

  


Viewing all articles
Browse latest Browse all 473

Latest Images





Latest Images