Quantcast
Channel: Histoire de la Bibliophilie
Viewing all articles
Browse latest Browse all 463

Henry-Louis Delloye (1787-1846), éditeur par atavisme

0
0
Tombeau du prédicateur Pierre l'Ermite (1050-1115), à Huy


Descendant d’une famille originaire de Huy [Belgique, province de Liège], Henry-Louis-Joseph, « fils illégitime de Marie Louise Mauconduit, fille libre, native d’Aire en Artois », est né le 22 octobre 1787, à Valenciennes [Nord], où il fut baptisé le même jour en l’église Saint-Géry.



Son père, Henry-Joseph Delloye, né à Huy, sur la paroisse de Saint-Mengold, le 13 septembre 1752, avait fait des études de pharmacie à Paris et s’était installé à Liège. Un jour de 1780, invinciblement attiré par les arts et la littérature, il abandonna subitement son métier et sa famille, pour partir, avec son violon, à Londres, où il dut vivre comme secrétaire interprète de maisons de commerce. 

Exemplaire de Jacques-Alexis Thuriot (1753-1829), député de la Marne

De retour sur le continent, il mena la vie errante d’un acteur de province, à Arras (1788 et 1789), à Bordeaux (1792), à Nantes, à Paris (1794) et à Reims, où, le 15 germinal An III [4 avril 1795], il fit paraître le premier numéro de la Feuille rémoise, par Delloye, comédien. De retour à Liège, il publia, le 1er vendémiaire An V [22 septembre 1796], le premier numéro du Troubadour liégeois, ci-devant Feuille rémoise, qu’il continua jusqu’à sa suppression le 20 fructidor An V [6 septembre 1797]. Républicain convaincu, il brava les autorités, s’acharnant à publier un journal qui changea vingt-deux fois de titre pour échapper aux poursuites. En 1804, il reprit la plume avec le Trouverre en tournée chez francs-français, qu’il appelait « le Bréviaire des épiciers et marchands », qui fut interdit le 24 ventôse An XIII [15 mars 1805]. Il mourut à Liège, le 25 septembre 1810. Marié, ce que confirme l’acte de décès de son fils, mais on ne sait à quelle date, ni où, avec Marie-Louise-Joseph Mauconduit, née le 25 mars 1767 à Aire-sur-la-Lys [Pas-de-Calais], sur la paroisse Notre-Dame [église détruite en 1792], qui lui donna aussi une fille, Henriette-Adélaïde-Joseph Delloye, née le 17 juin 1791 à Cologne [Allemagne].


Photographie BnF

Son trisaïeul, Materne Delloye (1657-1719), « médecin artiste » à Huy, fut l’auteur d’un Traité des eaux minérales, nouvellement découvertes au fauxbourg de Sainte Catherine (Hui, Veuve Guilliochon, 1717, in-12), dont le VIIIe et dernier chapitre traite « De l’usage du Marc de raisin dans la cure des maladies » (p. 67-105).


Henry-Louis Delloye fit d’abord une carrière militaire.

Il entra au service en qualité de sous-lieutenant provisoire dans le 1er Régiment étranger le 24 brumaire An XIV [15 novembre 1805] : non confirmé, il devint sergent le 22 frimaire An XIV [13 décembre 1805]. Successivement sergent major le 21 octobre 1808, sous-lieutenant le 11 juillet 1810, officier payeur le 5 décembre 1810, lieutenant le 4 septembre 1812, capitaine le 9 octobre 1813, il passa aide de camp du lieutenant général Fressinet le 13 février 1814. Mis en non activité le 1er septembre 1814, il fut nommé quartier maître des volontaires royaux commandés par le comte de Vioménil le 16 mars 1815 et licencié le 20 mars 1815. Rappelé près le lieutenant général Fressinet le 28 mars 1815, il rentra dans son foyer le 25 août 1815.

Le 18 septembre 1815, il fut autorisé à concourir à l’organisation de la Légion d’Ille-et-Vilaine par le ministre de la Guerre et fut nommé, le 10 novembre 1815, à un emploi de capitaine dans la 6eCompagnie provisoire de ladite Légion par le maréchal de camp commandant le département. Le 1er janvier 1816, il fut nommé provisoirement à un emploi de capitaine dans ladite Légion par le colonel faisant fonction d’inspecteur général, confirmé par lettre ministérielle en date du 15 mai 1816. Le 25 octobre 1816, il était capitaine de la 2e Compagnie de Grenadiers de ladite Légion.

Delloye a fait les campagnes des années 1806 à 1812 dans le royaume de Naples, et 1813 et 1814 à l’armée d’Italie. Il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur par ordonnance du Roi en date du 9 novembre 1814.

Le 20 janvier 1825, à Paris, Delloye épousa Charlotte-Catherine-Amalie Riedel, née le 10 août 1797, fille de Ernest-Gottlieb Riedel et de Amalia Nix. Elle lui donna quatre enfants : Charles-Henri-Maurice, le 21 octobre 1825 ; Julien-Alphonse-Thomas, le 3 août 1827 ; Alphonse-Edmond-Victor, le 28 avril 1829 ; Eugénie-Amélie-Marie-Élisabeth, le 20 février 1833.


Bouton du 4e régiment d'infanterie de la Garde royale, sous la Restauration

Delloye était major [lieutenant-colonel] au 4eRégiment de la Garde royale en 1826. Légitimiste ardent, il donna sa démission le 22 août 1830, immédiatement après l’abdication de Charles X.


Rue des Filles Saint-Thomas, vue de la place de la Bourse, en 1866
On reconnaît le N° 7, hôtel du comte de La Marre, avec ses bustes en façade

« Très instruit, écrivant avec une rare élégance, doué d’un esprit vif et entreprenant » [Edmond Werdet. De la librairie française. Paris, E. Dentu, 1860, p. 189], Delloye se lança dans l’édition et s’installa 5 rue des Filles-Saint-Thomas, au coin de la place de la Bourse [IIe] : 

Le N° 13 place de la Bourse, occupé en 1866 par la maison Guelle & Cie

cette adresse fut nommée indifféremment 13 rue des Filles-Saint-Thomas, 5 place de la Bourse, 5 et 13 place de la Bourse, 13 place de la Bourse. Il fut l’éditeur de très nombreuses publications.


Tome III, p. 124

France militaire. Histoire des armées françaises, de terre et de mer, de 1792 à 1833[…] ; revu et publié par A. Hugo, ancien officier d’état-major, membre de plusieurs sociétés savantes, auteur de l’histoire de Napoléon (Paris, Delloye, 1833-1837, 4 vol. in-4, à 2 col., 1.033 cartes et gravures) ; le 5e volume, associé habituellement à cette première édition, appartient en réalité à celle de 1838, qui porte au titre « de 1792 à 1837 ».


Dès le début de l’année 1834, Delloye publia l’annonce de l’ouverture, le 1er septembre, d’un « Dépôt central de la librairie », 5 rue des Filles-Saint-Thomas, où un assortiment de 50.000 volumes de la librairie ancienne, moderne et étrangère étaient exposés et vendus à prix fixes.



Avec Étienne Houdaille, libraire, 11 rue du Coq-Saint-Honoré [rue de Marengo, Ier], né le 18 janvier 1808, « Éditeur de l’Histoire de Napoléon, par M. de Ségur » : Dictionnaire universel de géographie moderne[…] ; par A. M. Perrot, géographe, et MME Alex. Aragon, membres de l’Athénée des arts (Paris, Delloye et Houdaille, 1834, 2 vol. in-4).



Le 20 mars 1835, Delloye s’associa à Jean-Nicolas Barba (1769-1846), au Palais-Royal, derrière le Théâtre Français [Ier], et à Pierre-Joseph-Victor Bezou (1795-1860), 29 boulevard Saint-Martin et 34 rue Meslay [IIIe], pour la publication de pièces de théâtre dans une collection dite La France dramatique au dix-neuvième siècle.


Biographie maritime ou Notices historiques sur la vie et les campagnes des marins célèbres français et étrangers, par Hennequin (Paris, Delloye, 1835, in-8).


Tome I, p. 22

France pittoresque ou Description pittoresque, topographique et statistique des départements et colonies de la France […]. Par A. Hugo, ancien officier d’état-major, membre de plusieurs sociétés savantes et littéraires, auteur de l’histoire de Napoléon (Paris, Delloye, 1835, 3 vol. in-8, à 2 col., 120 cartes et 720 vignettes).


Tome II

France historique et monumentale. Histoire générale de France, depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours […]. Par A. Hugo, auteur de l’histoire de Napoléon et de la France pittoresque(Paris, H.-L. Delloye, 1836-1841, 4 vol. in-4, à 2 col., 640 cartes, planches et vignettes).


Delloye était propriétaire de moitié avec Houdaille, de la 8e et dernière édition du Dictionnaire historique ou Biographie universelle […] ; par F.-X. de Feller (Paris, E. Houdaille et Delloye, 1836, 20 vol. in-8).




Après le traité conclu le 22 mars 1836, un acte reçu par Maître Cahouet, notaire à Paris, le 14 mai 1836, forma une Société en commandite par actions entre Henry-Louis Delloye, lieutenant-colonel en retraite, libraire-éditeur, demeurant à Paris, 5 rue des Filles-Saint-Thomas, patenté pour l’année 1836 sous le n° 43, et Adolphe Sala (1802-1867), rentier, ancien officier de la Garde royale, demeurant à Paris, 2 rue de Louvois [IIe], d’une part, et des associés commanditaires d’autre part. La Société avait pour objet la publication et l’exploitation des Mémoireset Œuvres inédits de M. le vicomte de Chateaubriand.


Le 15 novembre 1836 fut formée, avec les éditeurs Delloye, Victor Lecou et Victor Bohain (1804-1856), une Société ayant pour but l’exploitation des Œuvres de Balzac, qui s’engagea à fournir six volumes nouveaux par an, pendant dix ans, en échange d’une avance de 50.000 francs et d’un partage par moitié des bénéfices.


Œuvres complètes de Casimir Delavigne, de l’Académie française. Seule édition avouée par l’auteur (Paris, H.-L. Delloye et VOR Lecou, 1836, in-8).


Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français […] ; par Napoléon Landais, auteur de la Grammaire, résumé général de toutes les Grammaires françaises (Paris, Bureau central des dictionnaires, 1836, 2 vol. in-4).



Panorama descriptif, historique, anecdotique des rives de la Seine, de Paris à Montereau, par Constantin Mazeret et par C. V. Monin, pour la partie géographique (Paris, H. L. Delloye, 1836, in-8, carte et vignettes).


Nouvel almanach des villes et des campagnes, pour 1837(Paris, Delloye, 1836, in-18).


Histoire de la captivité de François IER, par M. Rey, membre de la Société royale des Antiquaires de France, de la Société de l’Histoire de France, de l’Institut historique, etc., etc. (Paris, Techener et Delloye, 1837, in-8).



Histoire du drapeau, des couleurs et des insignes de la monarchie française, précédée de l’Histoire des enseignes militaires chez les Anciens ; par M. Rey, membre de la Société royale des Antiquaires de France, de la Société de l’Histoire de France, de l’Institut historique, etc., etc.   (Paris, Techener et Delloye, 1837, 2 vol. in-8, 24 pl.).



Paris-Londres. Keepsake français, 1837. Nouvelles inédites, illustrées par vingt-six vignettes, gravées à Londres par les meilleurs artistes (Paris, Delloye, Desmé et Cie, 1837).

  

Œuvres complètes du comte Alfred de Vigny (Paris, H. Delloye et V. Lecou, 1837-1839, 7 vol. in-8).


L’Âme exilée, légende, par Anna Marie [pseudonyme de la comtesse de Hautefeuille] (Paris, Delloye, 1837, in-8).



Congrès de Vérone. Guerre d’Espagne. Négociations : colonies espagnoles ; par M. de Chateaubriand (Paris, Delloye, Leipzig, Brockhaus et Avenarius, 1838, 2 vol.).


Stabat Mater dolorosa, en vers français. Dédié à Madame la Vtesse de Chateaubriand, fondatrice de l’Infirmerie Marie-Thérèse (Paris, H.-L. Delloye, 1838, in-8).


Le Livre du peuple, par F. Lamennais (Paris, H. Delloye et VOR Lecou, 1838).


Premier tirage avec la vignette de titre " au squelette "

Balzac illustré. La Peau de chagrin.Études sociales (Paris, H. Delloye et Victor Lecou, 1838, gr. in-8).


Mélanges, par D. Nisard (Paris, Delloye et Lecou, 1838, 2 vol. in-8).



Musée Dantan(Paris, Delloye, 1838, in-8).


Reliure d'Yseux
 Photographie Librairie L'Intersigne, Saint-Xandre (Charente-Maritime) : 1.600 €

Œuvres complètes de Victor Hugo. Drame. Tome septième. Ruy Blas (Paris, H. Delloye, Leipzig, Brockhaus et Avenarius, 1838, in-8).


« Rentré de son voyage à Varennes et Vouziers le 28 août au soir pour s’occuper de la représentation de Ruy Blas, Hugo accueille les propositions de Henri Louis Delloye, lieutenant-colonel en retraite, éditeur 13, place de la Bourse, ce qui est la même chose que 5, rue des Filles Saint-Thomas, siège de la “ Librairie centrale ” et de l’étude d’un notaire, Me Cahouet. Delloye agit au nom de Charles Cornuau, négociant en papier, de MM. Blanchet et Klébert, des Papeteries de Rives, de MM. Gaillard et Rampin, banquiers à Grenoble et à Paris, et de Charles Valéry Duriez, ancien négociant. La littérature devient véritablement affaire d’hommes d’affaires.

L’accord verbal entre Hugo et Delloye, conclu le 29 octobre, est sanctionné par le traité du 29 novembre, passé devant Me Cahouet. Hugo cède à la société constituée pour l’exploitation de ses œuvres pour une durée de dix ans à compter du 1er janvier 1839 ce qu’il a déjà publié et ce qu’il compte publier prochainement. […] Le traité réserve les droits des précédents éditeurs, qui s’éteignent pour Renduel (Odes et Ballades, Orientales, Feuilles d’automne, Chants du crépuscule) fin août ou fin septembre 1839, mais subsistent pour Gosselin en ce qui concerne le tirage à 3 000 exemplaires de deux volumes de romans nouveaux, à écouler en quinze mois, pour 6 000 F le volume. […] Pour l’ensemble il est convenu que Hugo touchera “ 300 000 F comptant, soit en espèces, soit en engagements ou en valeurs ” […].

C’est que les difficultés n’avaient pas tardé à surgir.

D’abord Delloye avait dû traiter avec Renduel pour les invendus des éditions précédentes, qui font un tas de 42 515 volumes, ce qui ne va guère permettre de gros tirages à la Société. Hugo est obligé le 8 février 1839 d’accepter des modifications au contrat : les quatre annuités de 30 000 F sont repoussées d’un an, la durée de l’exploitation passe de dix ans à onze ans et demi, ce qui nous mène au 30 juin 1850, les éditeurs gardant le droit d’imprimer jusqu’au 30 juin 1849. […]

Et là-dessus, Deloye tombe en faillite, sans qu’il soit néanmoins besoin de procéder à liquidation, en juin 1839. Il faut dissoudre la Société et la reconstituer sous la raison sociale C. V. Duriez & Cie, ce qui se fait par accord entre Hugo et Duriez le 31 juillet 1839, et par acte du 2 septembre. La nouvelle Société pour l’Exploitation des œuvres de Hugo possède les droits jusqu’au 1erseptembre 1850. Dès lors il n’y a plus ni libraire ni éditeur devant l’auteur, mais directement les deux banquiers, Gaillard et Rampin. »

(Jacques Seebacher. Victor Hugo ou le Calcul des profondeurs. Paris, P. U. F., 1993)



Les Fastes de Versailles, depuis son origine jusqu’à nos jours, par M. H. Fortoul (Paris, H. Delloye, 1839).


Photographie Librairie Le Feu Follet

Histoire des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois, 1364-1477. Par M. de Barante, pair de France, membre de l’Académie française et des Académies de Saint-Pétersbourg et de Turin (Paris, Delloye, Duféy et VE Le Normant, 1839, 12 vol. in-8).


New York, Christie's, 22 juin 2012 : 52.500 $

Avec Susse frères [Victor, Amédée et Eugène Susse], 31 place de la Bourse : Historique et description des procédés du daguerréotype et du Diorama, par Daguerre, peintre, inventeur du Diorama, officier de la Légion-d’Honneur, membre de plusieurs Académies, etc., etc. (Paris, Susse frères et Delloye, 1839, in-8).


Le 30 avril 1839, Delloye déposa son bilan avec un passif de 492.665 francs, mais put obtenir un concordat et reprendre ses activités d’éditeur dès le mois d’août suivant :



Barzas [sic] -Breiz. Chants populaires de la Bretagne, recueillis et publiés avec une traduction française, des éclaircissements, des notes et les mélodies originales, par Th. de La Villemarqué (Paris, Delloye, Crozet et Techener, 1839, 2 vol.).



Le Retour de l’empereur, par Victor Hugo (Paris, Delloye, 1840).


Photographie Librairie Camille Sourget

Œuvres complètes de Victor Hugo. Poésie. VII. Les Rayons et les Ombres (Paris, Delloye, 1840, in-8).


Angélique, par Anna Marie, auteur de L’Âme exilée, etc. (Paris, H. L. Delloye, 1840, in-8). 


Histoire des classes nobles et des classes anoblies. Par A. Granier de Cassagnac (Paris, H. L. Delloye, 1840, in-8, t. I seul paru).


Penserosa. Poésies nouvelles, par Madame Louise Colet (Paris, H. L. Delloye, 1840).  


Dans la collection « Bibliothèque choisie », publiée dans le format in-18 [dit « anglais »], à 1 fr. 75 c. le volume, chaque volume est orné d’une vignette ou d’un portrait :



Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la Régence(Paris, H.-L. Delloye, 13 place de la Bourse, 1840-1842, 40 vol.).


Fragoletta, par H. de Latouche. Naples et Paris en 1799 (Paris, H.-L. Delloye, 1840, 2 vol.).


L'Impératrice Joséphine (t. II)

Mémorial de Sainte-Hélène[…], par le comte de Las Cases. Nouvelle édition, soigneusement revue par l’auteur (Paris, H. L. Delloye, 1840, 9 vol.).


Lettres sur le Nord. Danemark, Suède, Norvège, Laponie et Spitzberg. Par X. Marmier (Paris, H. L. Delloye, 1840, 2 vol.).



Les Historiettes de Tallemant des Réaux […]. Seconde édition [...], par M. Monmerqué, membre de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres (Paris, H.-L. Delloye, 1840, 10 vol.).


Le Moine, par M. G. Lewis, traduction nouvelle et entièrement conforme au texte de la première édition originale, par Léon de Wailly (H. L. Delloye, 1840, 2 vol.).


Nicolas Fouquet

Histoire de l’homme au masque de fer, par Paul-L. Jacob, bibliophile. Nouvelle édition (Paris, H.-L. Delloye, 1840).


Sous les tilleuls, par Alphonse Karr (Paris, H.-L. Delloye, 1840, 2 vol.).


Le Maçon, mœurs populaires, par Michel Raymond (Michel Masson et Raymond Brucker) (Paris, H.-L. Delloye, 1840, 2 vol.).


Reliure d'Yseux
Paris, Ader, 18 juin 2014 : NON VENDU

Fortunio, par Théophile Gautier (Paris, H.-L. Delloye, 1840).


Le Chevalier de Saint-Georges, par Roger de Beauvoir. Deuxième édition, avec de nouvelles notes de l’auteur (Paris, H.-L. Delloye, 1840, 2 vol.).



Souvenirs de la marquise de Créquy, de 1710 à 1803. Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée (Paris, H.-L. Delloye, 1840, 9 vol.).


Œuvres littéraires et politiques de Napoléon. Nouvelle édition (Paris, H.-L. Delloye, 1840).


Poésies par Jean Reboul de Nimes. Précédées d’une notice biographique et littéraire. Nouvelle édition, revue et augmentée par l’auteur(Paris, H.-L. Delloye, 1840).


William Shakespeare

Macbeth, tragédie de William Shakspeare, traduction littérale en vers, par Jules Lacroix ; publiée avec une préface par le Bibliophile Jacob (Paris, H.-L. Delloye, 1840).


Édith de Falsen. Par Ernest Legouvé (Paris, H. L. Delloye, 1841).


Poésies de Émile Deschamps. Nouvelle édition, revue et considérablement augmentée par l’auteur (Paris, H.-L. Delloye, 1841).


Poésies de Antoni Deschamps. Nouvelle édition, revue et considérablement augmentée par l’auteur (Paris, H.-L. Delloye, 1841).



L’Âne mort, par Jules Janin. Sixième édition (Paris, H.-L. Delloye, 1841).


Comédies de S. A. R. la princesse Amélie de Saxe, traduites de l’allemand par M. Pitre-Chevalier (Paris, H. Delloye, 1841).


Œuvres de Adam Miçkiewicz, professeur de littérature slave au Collège de France. Traduction nouvelle par Christien Ostrowski (Paris, H.-L. Delloye, 1841, 2 vol.).


Suivant conventions verbales en date du 1eraoût 1841, Delloye céda à Nicolas-Adrien-Édouard Tétu (° 3 mai 1814), libraire, George, rentier, et Christophe-Denis Fouraut (° 4 janvier 1809), employé, la partie de son établissement de librairie ayant pour spécialité les livres élémentaires et d’éducation, et connue sous le titre de « Librairie ecclésiastique, classique et élémentaire ». Ils formèrent une Société en nom collectif sous la raison sociale « Ed. Tétu et Ce », pour l’exploitation de ce fonds, à partir du 1er août 1841. Leur domicile commercial resta établi, provisoirement, 13 place de la Bourse, Delloye continuant, comme éditeur-libraire, l’exploitation des autres parties de son fonds à cette adresse. 


Le lundi 11 octobre 1841, la « Librairie ecclésiastique, classique et élémentaire » fut transférée à l’hôtel Bullion [démoli en 1890], 3 rue J.-J. Rousseau [Ier].



Journal écrit à bord de la frégate La Belle-Poule, par Emmel Bon de Las Cases, membre de la mission de Sainte-Hélène, membre de la Chambre des députés, conseiller-d’État, commandeur de la Légion d’honneur (Paris, H. L. Delloye, 1841, in-8).


Histoire de la lutte des papes et des empereurs de la maison de Souabe, de ses causes et de ses effets […]. Par C. de Cherrier (Paris, H. L. Delloye, 1841, t. I seul).


Histoire de la marine militaire de tous les peuples, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, par Eugène Sue. Marine des peuples anciens. Marine ottomane (Paris, H.-L. Delloye, 1841, t. I seul paru).


Une soirée du Théâtre-Français, 24 avril 1841. Le GladiateurLe Chêne du Roi (Paris, H.-L. Delloye, 1841).


La Divine Epopée, par Alexandre Soumet, de l’Académie française (Paris, H.-L. Delloye, 1841).

 

Œuvres complètes de Victor Hugo, de l’Académie française. Poésie. IV. Les Feuilles d’Automne. Douzième édition (Paris, Delloye, 1841, in-8).


Désirant se consacrer uniquement à son activité d’éditeur, mais sans vendre son fonds, Delloye passa un arrangement avec les frères Garnier, au Palais-Royal, 215 bis péristyle Montpensier, et, à partir de 1845, 10 rue Richelieu [Ier] : Auguste Garnier (1812-1887) et Hippolyte Garnier (1815-1911) furent chargés de vendre, à partir du 1eroctobre 1841, les ouvrages qu’il avait publiés et ceux qu’il publia par la suite.



Lettres sur la Hollande, par X. Marmier (Paris, H.-L. Delloye, Se vend chez Garnier frères, 1841).


Histoire de la royauté considérée dans ses origines, jusqu’à la formation des principales monarchies de l’Europe ; par le Cte Alexis de Saint-Priest, pair de France (Paris, H. L. Delloye, Se vend chez Garnier frères,1842, 2 vol.).



Œuvres complètes de Victor Hugo. Le Rhin (Paris, H. L. Delloye, Se vend chez Garnier frères, 1842, 2 vol. in-8).


Esclavage et liberté. Existence de l’homme et des sociétés en harmonie avec les lois universelles […]. Par Alph. Ride (Paris, H.-L. Delloye et Garnier frères, 1843, 2 vol.).





Chants et chansons populaires de la France. Première [Deuxième, Troisième] série. 1843 (H.-L. Delloye et Garnier frères, 3 vol. gr. in-8) ; seule la couverture de la troisième série porte la date « 1844 ».


Vie de Catherine de Médicis. Essai historique, traduit de l’Italien,d’Eugène Alberi, de Florence, par Mlle S*** (Paris, H. L. Delloye, Se vend à la librairie Garnier frères, 1844, in-12).


Photographie BnF

Vie de Rancé, par M. le Vte de Chateaubriand. Seconde édition, revue, corrigée et augmentée(Paris, H.-L. Delloye, Se vend à la librairie Garnier frères, s. d. [1844]).


Lettres sur l’Islande, et poésies par X. Marmier. Troisième édition (Paris, Delloye et Garnier frères, 1844).


En 1846, Delloye déménagea dans un appartement au 10 ter rue de Trévise [IXe].


Vies des Saints, nouvellement écrites par une réunion d’ecclésiastiques et d’écrivains catholiques, sous ladirection religieuse du comité nommé par Monseigneur l’Archevêque de Paris (Paris, H.-L. Delloye, Garnier frères, Maison, Waille, Sagnier et Bray, St-Hilaire Blanc et Cie, 1846, in-fol.).


Reliure de Lenègre

Les Femmes de la Bible, collection de portraits des femmes remarquables de l’ancien et du nouveau Testament (Paris, H. L. Delloye et Garnier frères, 1846).



Souvenirs des voyages de Monseigneur le duc de Bordeaux en Italie, en Allemagne et dans les États de l’Autriche. Par M. le comte de Locmaria(Paris, H.-L. Delloye et Garnier frères, 1846, 2 vol.).


Henry-Louis Delloye mourut le 21 octobre 1846, en sa demeure, qu’il avait achetée en 1831 à Ermont [Val-d’Oise]. L’inventaire après décès de son appartement parisien eu lieu le 9 décembre 1846. Le 19 juin 1847, parut dans le Feuilleton du Journal de la librairie l’annonce suivante :


« Les personnes qui auraient fait des dépôts de leurs livres dans les magasins de M. H. L. DELLOYE, ancien Editeur, sont prévenues qu’elles devront en faire la réclamation rue de Trévise, 10 ter, avant le 25 juin courant, terme de rigueur, passé lequel délai les volumes seront vendus en vente publique pour le compte de qui il appartiendra. La remise des ouvrages réclamés aura lieu contre la présentation du reçu qui en a été délivré par M. Delloye et le payement des frais d’emmagasinage. »



Les frères Garnier firent l’acquisition du fonds Delloye en 1847 : Impressions de voyage. De Paris à Cadix, par Alexandre Dumas (Paris, Ancienne maison Delloye, Garnier frères, 1847-1848, 5 vol.).


La veuve Delloye survécut jusqu’au 3 janvier 1865, date à laquelle elle mourut à Ermont.















Viewing all articles
Browse latest Browse all 463