Quantcast
Channel: Histoire de la Bibliophilie
Viewing all articles
Browse latest Browse all 463

Les Frères Crozat, bailleurs de fonds et collectionneurs

0
0

Le manque de rigueur des historiens qui choisissent de répéter des données anciennes, souvent erronées, - voire des légendes -, plutôt que de retourner aux sources, a toujours choqué le chercheur besogneux. Si le talent d'écrivain aide à l'analyse d'une histoire complexe, sans repères biographiques incontestables, le risque est grand de trahir la vérité historique. L'étude des Crozat, famille d'origine languedocienne, qui joua un grand rôle à Paris dans la finance et dans l'art aux XVIIeet XVIIIesiècles, est à ce titre exemplaire.

Antoine [I] Crozat, fils de Guillaume Crozat, marchand chaussetier à Albi [Tarn], et de Marguerite Boissonade, de Marvejols [Lozère], est né à Albi en 1630.

Arbre généalogique simplifié

Devenu marchand de pastel et banquier à Toulouse [Haute-Garonne], il épousa Jeanne de Cardon, fille de Jean de Cardon, marchand, et de Marie de Gleyset, le 14 février 1651, en l'église Sainte-Martianne d'Albi ; elle lui donna un fils, Guillaume Crozat, né le 22 décembre 1651 à Albi et baptisé en l'église Sainte-Martianne le 1er janvier 1652, prêtre, chapelain du Roi et abbé de Genlis [Villequier-Aumont, Aisne] le 15 avril 1702, maître des requêtes, décédé le 3 mars 1710 au château de Bourgon [Valence, Charente].

Château de Barthecave, Préserville

Après la mort prématurée de sa femme, à Albi, le 25 octobre 1652, qui fut enterrée le lendemain dans l'église des Frères Mineurs, Antoine [I] Crozat acheta, le 27 septembre 1653, la terre de Barthecave [Préserville, Haute-Garonne]. Dès cette époque, il porta pour armoiries « de gueules, au chevron d'argent, accompagné de trois étoiles de même, 2 en chef et 1 en pointe », qui furent conservées par sa descendance.
De son second mariage avec Catherine de Saporta, fille de Rigail de Saporta, avocat, et de Gabrielle de Rossignol, le 2 juin 1654, en l'église de la Daurade de Toulouse, naquirent 8 enfants :
  • Antoine [II] Crozat, qui fut baptisé le 24 avril 1655 en l'église de la Daurade ;
  • Jean Crozat, ondoyé à la maison le 6 décembre 1656, devint abbé de Genlis et mourut en 1729 ;
  • Anne Crozat, née le 14 mai 1658, baptisée le 22 mai en l'église Saint-Étienne, mariée le 21 février 1679 à Marc Sabatier de Labourgade, écuyer âgé de 30 ans, en l'église cathédrale Saint-Étienne ;
  • Pierre Crozat, né le 31 décembre 1659, baptisé en l'église Saint-Étienne le 10 novembre 1661, inhumé aux Jacobins le 25 juillet 1676 ;
  • Marie-Jeanne Crozat, née le 24 juin 1661, baptisée en l'église Saint-Étienne le 24 juillet, mariée en la même église le 3 février 1682 à Nicolas Daguin, 35 ans, conseiller du Roi et greffier en chef du bureau des finances de la généralité de Toulouse ;
  • Pierre Crozat, né le 14 mars 1665, baptisé en l'église Saint-Étienne le 16 mars ;
  • Joseph-Guillaume, né le 26 juillet 1668 et baptisé le même jour en l'église Saint-Étienne ;
  • Gabrielle Crozat, née le 19 février 1667 et baptisée le lendemain en l'église Saint-Étienne, religieuse hospitalière en la Maison Professe.

Hôtel du Silence, Toulouse

En 1673, Antoine [I] Crozat quitta la rue Sainte-Ursule [ancienne rue des Trois-Rois-Vieux] pour habiter 3 rue Peyras [rue du Musée à partir de 1794, rue Genty Magre depuis 1938], dans l'hôtel de son beau-père, qui fut appelé, plus tard, au XIXe siècle, pour des raisons sans rapport avec la famille Crozat, l'« hôtel du Silence ». Il devint capitoul de Toulouse l'année suivante. Catherine de Saporta, baptisée le 27 avril 1632 en l'église Saint-Étienne, mourut le 15 décembre 1677 sur la même paroisse et fut inhumée le lendemain aux Jacobins.
Antoine [I] Crozat se maria une troisième fois, le 12 janvier 1683, en la chapelle des Pénitents noirs de Toulouse [paroisse Saint-Étienne], avec Jeanne d'Estadens, qui n'eut pas d'enfant. Il fut capitoul de Toulouse une seconde fois en 1684 et mourut le 6 novembre 1690.

Les deux frères, Antoine [II] Crozat (1655-1738) et Pierre Crozat (1665-1740), exercèrent conjointement des fonctions financières.


Antoine [II] Crozat
par Alexis-Simon Belle (1674-1734)
Château de Versailles

Antoine [II] Crozat, dit « le Riche » ou « le Traitant », fut baptisé le 24 avril 1655 en l'église de la Daurade de Toulouse.
Il eut le génie des affaires. En 1679, Pierre-Louis Reich (1614-1711), seigneur de Pennautier [Aude], receveur général du Clergé et trésorier des États du Languedoc, ami de son père, le prit comme caissier à Paris, où il logea rue des Bourdonnais [Ier], puis le nomma son premier commis et le logea rue Coq-Héron [Ier]. En 1682, Antoine [II] Crozat acheta la charge de receveur des tailles de Lavaur [Tarn] et de Saint-Papoul [Aude], qu'il conserva jusqu'en 1686 et qu'il fit exercer par son frère, Pierre Crozat.

Marguerite Le Gendre
par Jacques-André-Joseph Aved (1702-1766)

Devenu receveur des tailles au diocèse d'Albi en 1686, puis receveur général des finances pour Bordeaux en 1689 – poste qu'il conserva jusqu'en 1707 -, Antoine [II] Crozat épousa, le 10 juin 1690, à Paris, Marie-Marguerite Le Gendre (1670-1742), fille cadette de François Le Gendre, fermier général, et de Marguerite Le Roux - renforçant ses positions dans le monde des financiers -, et loua une maison 6 place des Victoires [IIe], proche la rue La Feuillade. Le couple eut 4 enfants, qui naquirent à Paris : Louis-François Crozat, le 1erseptembre 1691 ; Marie-Anne, en 1695 ; Joseph-Antoine, le 12 janvier 1696 ; Antoine-Louis, le 13 juillet 1700.

Armes de Antoine [II] Crozat
De gueules, au chevron d'argent accompagné de 3 étoiles de même [Crozat]
et D'azur, à la bande dentelée d'or chargée de 3 papillons de sable [Le Gendre]

Devenu l'un des financiers de l'État, sa fortune, ainsi que l'estime que lui porta Louis XIV, ne firent que s'accroître, et le Roi le désigna bientôt à Louis-Joseph de Bourbon (1654-1712), duc de Vendôme, pour la gestion de ses affaires.

Portail de la propriété de Clichy

Le 29 avril 1697, Antoine [II] Crozat acheta une propriété à la campagne, à Clichy [Hauts-de-Seine], 13 rue du Landy, qui fut détruite au XIXe siècle et dont il ne reste que le portail d'entrée.

Plan de Turgot (1734-1739)

Le 22 mars 1698, il acquit le plus grand des immeubles de la place des Victoires [Ier], l'hôtel de Soyecourt, construit par Jean-Baptiste Prédot au n° 3, bordé par la rue Croix-des-Petits-Champs.
En 1701, il dirigea la Compagnie de Guinée, fondée en 1685, l'une des plus importantes sociétés de la traite négrière et du commerce triangulaire entre Nantes [Loire-Atlantique] et l'île de Saint-Domingue [Haïti].

Hôtel Crozat, 17 place Vendôme, Paris I

En 1702, il fit construire sa résidence principale, 17 place Vendôme [Ier, partie de l'hôtel Ritz], qu'il occupera jusqu'à sa mort, tandis que la maison de la place des Victoires restait habitée par sa belle-mère. En 1705, il acheta une charge de conseiller secrétaire du Roi, qu'il résigna en 1719. 


L'abbé Alexandre Le François dédia à sa fille une Méthode abrégée et facile pour apprendre la géographie(Paris, Augustin Brunet et Jacques Quillau, 1705, in-12), célèbre sous le nom de « Géographie de Crozat ».

En 1706, il succéda à Reich de Pennautier comme trésorier des États du Languedoc et comme receveur général du clergé. 

Hôtel d'Evreux, 19 place Vendôme, Paris I

Il fit construire alors, 19 place Vendôme [Ier, hôtel d'Évreux, propriété de l'émir du Qatar], un hôtel pour sa fille qui, âgée de 12 ans, épousa Henri-Louis de La Tour (1679-1753), comte d'Évreux, le dimanche 3 avril 1707, aux Capucins. Il lui donna une dot de 2 millions de livres, qui permit à son mari de faire construire en 1720, dans le marais des Gourdes, au faubourg Saint-Honoré [55 rue du Faubourg-Saint-Honoré, VIIIe], un autre hôtel d'Évreux, futur palais de l'Élysée, résidence du président de la République. Mais le 14 décembre 1720, le jour du bal de l'inauguration de ce deuxième hôtel d'Évreux, à laquelle assistait sa maîtresse - la duchesse de Lesdiguières (1671-1740) -, le comte d'Évreux, qui avait remboursé la dot à son beau-père, congédia sa jeune épouse, provoquant une séparation judiciaire. Marie-Anne Crozat, que la duchesse de Bouillon, sa belle-mère, avait appelée « le petit lingot d'or », rentra chez son père, où elle mourut le 11 juillet 1729, sans postérité.

Château de Moÿ
in Bulletin monumental. Paris, 1867, 4e série, t. III, 33e vol., p. 320

Tandis qu'il revendait ses propriétés en Languedoc, Antoine [II] Crozat acheta de nombreuses terres septentrionales, particulièrement Moÿ [Aisne, une des quatre communes françaises comprenant un ÿ dans leur nom, avec Aÿ-Champagne (Marne), L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) et Faÿ-lès-Nemours (Seine-et-Marne) ; château détruit en 1917] et Vendeuil [Aisne] en 1707, Blanville [Saint-Luperce, Eure-et-Loir] en 1710, et Le Châtel [Finistère] en 1714 ; mais aussi Lafauche [Haute-Marne] en 1707, Thiers [Puy-de-Dôme] et Saint-Fargeau [Yonne] en 1714, Thugny-Trugny [Ardennes] en 1721, etc.

Château de Thugny

Antoine [II] Crozat s'engagea dans les entreprises maritimes et coloniales de la fin du règne de Louis XIV. Le Roi lui concéda, le 14 décembre 1712, le privilège du commerce exclusif de la Louisiane pour quinze années. Il devint trésorier général des Ordres du Roi en 1715, charge dont il se démit en 1724. Son activité économique fut quelque peu entravée par la lourde taxe qui le frappa en 1716 et par les entreprises de John Law. Les bénéfices ne répondant pas aux avances qu'il avait faites, il résilia en 1717 son privilège du commerce avec la Louisiane, qui fut donné à une nouvelle compagnie de commerce, la Compagnie d'Occident ou du Mississippi, puis fut concédé à la célèbre Compagnie des Indes.
Il bénéficia encore de puissantes alliances en mariant ses fils à la haute noblesse.
  • L'aîné, Louis-François Crozat, marquis du Châtel, acheta en 1717 la cornette des Mousquetaires Noirs, et obtint le régiment de Languedoc, Dragons, le 21 janvier 1718, fut fait brigadier le 20 février 1734, maréchal-de-camp le 1er mars 1738, lieutenant-général des armées du Roi le 2 mai 1744, et est mort à Paris, rue de Richelieu, le 31 janvier 1750. Il avait épousé par contrat du 5 septembre 1722, Marie-Thérèse-Catherine Gouffier, fille de Charles-Antoine Gouffier, marquis de Heilly [Somme], et de Catherine-Angélique d'Albert-de-Luynes, dont il a eu : Antoinette-Eustachie Crozat (1727-1747), mariée le 21 janvier 1744, à Charles-Antoine-Armand de Gontaut-Biron, et Louise-Honorine Crozat (1737-1801), mariée le 22 décembre 1750, à Étienne-François de Choiseul-Stainville.
  • Le second, Joseph-Antoine Crozat, marquis de Thugny, lecteur du cabinet du Roi en 1719, devint conseiller au Parlement, puis maître des requêtes et enfin président de la 4e chambre des enquêtes du Parlement de Paris. Il se maria, le 27 mars 1725, avec Michelle-Catherine Amelot de Gournay, fille de Michel-Charles Amelot, marquis de Gournay, président à mortier au Parlement de Paris, et de Marguerite-Pélagie Danican de l'Espine. Il mourut à Paris, le 6 janvier 1751, sans postérité.
  • Le troisième fils, Antoine-Louis Crozat, baron de Thiers, est mort à Paris le 15 décembre 1770, brigadier des armées du Roi, lieutenant-général et commandant pour Sa Majesté dans la province de Champagne. Il avait épousé le 19 décembre 1726, Marie-Louise-Augustine de Laval-Montmorency, fille de Claude-Charles de Laval-Tartigny et de Marie-Thérèse de Hautefort, qui lui donna : Adélaïde-Marguerite-Charlotte, le 1er juillet 1728 ; Antoinette-Louise-Marie Crozat, le 28 avril 1731, mariée le 19 mars 1749 à Joachim-Casimir-Léon, comte de Béthune ; Louise-Augustine-Salbigothon Crozat, le 25 octobre 1733, mariée le 11 avril 1752 au duc Victor-François de Broglie ; Louise-Thérèse Crozat, le 15 octobre 1735, qui a épousé le 22 avril 1755, Armand-Louis, marquis de Béthune.
En 1724, Antoine [II] Crozat fut placé à la tête de la Compagnie créée pour ouvrir le canal de Picardie [canal de Crozat], qui unit l'Oise à la Somme, de Chauny [Aisne] à Saint-Simon [Aisne], partie du canal de Saint-Quentin, qui unit l'Oise à l'Escaut, de Chauny à Cambrai [Nord].
Antoine [II] Crozat mourut à Paris le 7 juin 1738 et fut inhumé au cimetière Saint-Joseph [fermé en 1781, vendu le 18 floréal An V (7 mai 1797), les ossements transportés aux Catacombes], rue Montmartre [IIe], près de la rue du Croissant, où avaient été enterrés Molière et La Fontaine.
L'hôtel d'Évreux de la place Vendôme passa à Antoine-Louis Crozat, qui le donna en 1752 à sa fille Louise, mariée au maréchal de Broglie. L'hôtel Crozat, de la même place, resta à sa veuve jusqu'en 1742, puis passa à Joseph-Antoine Crozat et, en 1751, à Antoine-Louis Crozat, qui le loua à partir de 1764.

Pierre Crozat
par Rosalba Carriera (1675-1757)

Pierre Crozat, qui ne fut pas moins célèbre que son frère par sa grande fortune, et qui fut appelé « le Pauvre » par dérision, est né le 14 mars 1665 et a été baptisé en l'église cathédrale Saint-Étienne de Toulouse le 16 mars.
Il manifesta une préférence pour les arts. Receveur des tailles de Lavaur et de Saint-Papoul de 1682 à 1686, il quitta Toulouse pour rejoindre son frère, Antoine [II] Crozat, chez Reich de Pennautier. Devenu en 1691 trésorier de France à Montauban, il loua, en 1695, un appartement près de la place des Victoires, au coin de la rue Vide-Gousset [IIe] et de la rue des Petits-Pères [IIe].

Petit château de Montmorency

En 1702, il succéda au peintre Charles Le Brun (1619-1690) dans sa maison de campagne à Montmorency [Val-d'Oise], appelée le « petit château ». De 1704 à 1706, il fit construire sa résidence parisienne rue de Richelieu [93 rue de Richelieu, IIe, rasée en 1770] :

« L'hôtel Crozat étoit situé rue de Richelieu, au coin du boulevard [des Italiens] où se trouvent maintenant toutes les maisons qui entourent l'hôtel des Princes. Il couvroit tout un côté de cette rue, depuis la rue Saint-Marc jusqu'au boulevard, alors le rempart. Par sa profondeur il alloit toucher aux terrains où s'ouvre aujourd'hui la rue de Grammont, et où commençoient alors les jardins de l'hôtel de Tresme ; venoient ensuite, sur le boulevard, le petit hôtel de Conti, qui disparut en 1777 pour faire place à la rue de la Michodière, et l'hôtel Richelieu, qui ne prenoit place sur le boulevard que par le pavillon de Hanovre.
Pierre Crozat avoit fait construire son hôtel en 1704, dans un terrain qui n'avoit pas moins de neuf arpents. Cartaut en avoit été l'architecte. En 1730, un corps de logis sur la rue y fut ajouté sous la direction d'Oppenor. » [sic]
(Alfred Sensier. Journal de Rosalba Carriera pendant son séjour à Paris en 1720 et 1721. Paris, J. Techener, 1865, p. 24)

L'hôtel construit, Pierre Crozat hébergea le peintre Charles de La Fosse (1636-1716), appelé pour la décoration des galeries, puis Antoine Watteau (1684-1721), chargé de peindre les quatre saisons pour la salle à manger. En 1720, il reçut la pastelliste vénitienne Rosalba Carriera (1675-1757), accompagnée de quatre personnes de sa famille.

Grand château de Montmorency

En 1709, il fit élever, à Montmorency, le « grand château » [démoli en 1817].

Dès 1683, à Toulouse, Pierre Crozat, dit aussi « le Curieux » ou le « roi des collectionneurs de dessins », avait commencé à acquérir des dessins de Raymond La Fage (1656-1684). En 1714, il passa un an en Italie, où il fit d'intéressantes découvertes. Son hôtel de la rue de Richelieu fut orné d'incomparables collections de tableaux, de dessins, de sculptures et de pierres gravées.
Pierre Crozat fit graver sur bois les principaux tableaux de sa galerie, rassemblés dans un recueil connu sous le titre de « Cabinet Crozat » et intitulé : Recueil d'estampes d'après les plus beaux tableaux et d'après les plus beaux desseins qui sont en France dans le Cabinet du Roy, dans celuy de Monseigeur le Duc d'Orléans, & dans d'autres Cabinets (Paris, Imprimerie royale,1729 et Paris, s. n., 1742, 2 vol. in-fol.).
Pierre Crozat fut aussi un mélomane et organisa chez lui, une fois par mois, des concerts. 

Concert chez Crozat, rue de Richelieu

Concert chez Crozat, au grand château de Montmorency

Deux tableaux peints par Nicolas Lancret (1690-1743) vers 1720 montrent l'ambiance de ces concerts, rue de Richelieu et à Montmorency.
Pierre Crozat mourut célibataire, rue de Richelieu, le 24 mai 1740.
Selon sa volonté, les pierres gravées et les dessins furent vendus au profit des pauvres.


La vente des 19.048 dessins produisit 36.213 livres : Description sommaire des desseins des grands maistres d'Italie, des Pays-Bas et de France, du cabinet de feu M. Crozat (Paris, Pierre-Jean Mariette, 1741, in-8, xij-4*-128 p., 1.086 lots), suivie du « Catalogue des planches qui composent le Recueil d'estampes » (p. 129-140, 182 lots). Le plus cher fut un grand dessin peint à l'huile et coloré, représentant la chute des mauvais Anges et des réprouvés, par Rubens [n° 830], provenant du célèbre cabinet du banquier Everhard Jabach (1618-1695), dont Mariette devint propriétaire pour 337 livres.
Le cabinet de pierres antiques fut acheté en bloc pour la somme de 67.000 livres, par le duc d'Orléans, qui en fit détruire les nudités. 

Frontispice, t. I

Le reste fut décrit en un superbe ouvrage intitulé Description des principales pierres gravées du cabinet de S. A. S. Monseigneur le duc d'Orléans, premier prince du sang (Paris, abbés de La Chau et Le Blond, Pissot, 1780-1784, 2 vol. in-fol.). Ces pierres gravées demeurèrent au Palais-Royal jusqu'en 1787, date à laquelle un marché conclu par Grimm les fit passer à Saint-Pétersbourg, et non en Angleterre, comme l'avance Clément de Ris dans Les Amateurs d'autrefois (Paris, E. Plon et Cie, 1877, p. 205), confondant la vente des pierres gravées avec celle des tableaux de la galerie d'Orléans, qui eut lieu effectivement en 1792.
Pierre Crozat avait laissé à l'aîné de ses neveux, Louis-François Crozat, marquis du Châtel, ses résidences de Paris, rue de Richelieu, et de Montmorency, ainsi que sa collection de 472 tableaux. Àsa mort, en 1750, ses collections furent partagées en trois lots :



  • le premier se vendit publiquement. Une partie en décembre1750, rue de Richelieu : Description sommaire des statues, figures, bustes, vases, et autres morceaux de sculpture, tant en marbre qu'en bronze,& des modéles en terre cuite, porcelaines,& fayences d'Urbin, provenans du cabinet de feu M. Crozat (Paris, Louis-François Delatour, 1750, in-8). Une autre partie en juin 1751, place Vendôme, après la mort de Joseph-Antoine Crozat, marquis de Thugny : Catalogue des tableaux et sculptures, tant en bronze qu'en marbre, du cabinet de feu M. le président de Tugny [sic],& de celui de M. Crozat (Paris, Louis-François Delatour, 1751, in-8).
  • le second, moins important, fut attribué à sa fille, Louise-Honorine Crozat, et figura dans ses apports dotaux lorsqu'elle épousa Étienne-François de Choiseul en décembre 1750.

  • Antoine-Louis Crozat, baron de Thiers, hérita de la dernière part, la plus considérable des trois et l'installa dans son hôtel de la place Vendôme : dans le Catalogue des tableaux du cabinet de M. Crozat, baron de Thiers (Paris, De Bure l'aîné, 1755, in-8), rédigé par l'historien Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), qui se distribuait aux visiteurs, les tableaux ne sont pas numérotés, mais décrits selon la place qu'ils occupaient dans les divers appartements de l'hôtel.


Catalogue de Crozat de Thugny
Exemplaire aux armes de Louis-Hyacinthe Boyer de Cremilles
Librairie Bruce McKittrick : 5.500 $

La vente de la bibliothèque de Joseph-Antoine Crozat, marquis de Thugny, eut lieu au mois d'août 1751 : Catalogue des livres de Monsieur le président Crozat de Tugny [sic] (Paris, Thiboust, 1751, in-8, xvj-472 p., 5.002 + 68 doubles [*] = 5.070 lots), avec une « Table des auteurs ».

« Pour ne point laisser perdre de vûe les meilleurs Livres Italiens de Belles-Lettres, j'ai interrompu l'Ordre des Divisions de ce Catalogue, pour les rassembler ensemble, & j'ai retiré des différentes Classes dans lesquelles ils devoient étre naturellement placés tous les Mythologues, Romans & Fictions, Philologues & Polygraphes Italiens, & les ai joints aux Poetes ; par ce moyen l'on voit d'un coup d'œil une des plus curieuses & des plus rares Classes de cette Bibliotheque. » [sic] (p. viij)

Théologie [296 lots = 5,83 %], Jurisprudence [144 lots = 2,84 %], Sciences et Arts [374 lots = 7,37 %], Humanités et Belles Lettres [2.296 lots = 45,28 %], Histoire [1.960 lots = 38,65 %].

Armes du marquis de Thugny


L'ex-libris manuscrit du marquis de Thugny figure au verso de la page de titre des livres.
Les acquéreurs gardèrent un mauvais souvenir de cette vente : non seulement la plus grande partie des livres de cette nombreuse collection étaient imparfaits et le reste très mal conditionné, mais en outre aucun livre, même rapporté aussitôt l'adjudication faite, n'était repris. Des livres rares s'y donnèrent à très bon marché, à l'exception du Morlini novellae (Naples, Jean Pasquet de La Salle, 1520, in-4), par Girolamo Morlini [n° 2.665]. Le marquis de Paulmy eut quatre manuscrits, qui furent adjugés à des prix très faibles.

52. MatthiæUgonii, de Conciliis Synodia Ugonia, seu Liber de omnibusque ad Concilia ritè ac legitimè celebranda pertinentibus. Venetiis, 1564, in-fol. 75 livres.


254. Nouveauté du Papisme opposée à l'antiquité du vrai Christianisme, contre le Livre du Cardinal du Perron, par P. du Moulin. Sedan, 1627, in-fol. 17 livres.
332. Corpus juris civilis, cum Dyonisii Gothofredi & aliorum notis. Amstelodami, Blaeu & Elzevir, 1663, in-fol., 2 vol. 64 livres.
392. Les Édits et Ordonnances des Rois, Coutumes des provinces, Réglemens, Arrêts & Jugemens notables sur le fait des Eaux & Forêts, recueillis par Sainctyon. Paris, 1610, in-fol. 27 livres 5 sols.
432. Causes célèbres & intéressantes, avec les jugemens qui les ont décidées, par M. Gayot de Pitaval. Paris, 1734 et suiv., in-12, 20 vol. 39 livres, 19 sols.


629. Hortus Eystettensis, sive accurrata omnium plantarum, florum, stirpium ex variis orbis terræ partibus singulari studio collectarum. 1613, in-fol. 192 livres.
933. Pindari Olympia, Pythia, Nemea, Istmia. Robert Steph., 1612, in-16. 16 livres.
1.316. La Guirlande de Julie-Lucine d'Angennes (M. de Rambouillet), 1641, in-4. 3 livres.


1.343. Les Poésies de Jules de la Mesnardière. Paris, 1656, in-4. 14 livres.
1.393. Les Œuvres diverses de Boileau Despreaux, avec des figures de Bernard Picart. Amsterdam, 1718, in-fol., 2 vol. 60 livres.
1.850. Hypnerotomachia Poliphili. Venetia, 1500, in-fol. 54 livres 19 sols.
1851. Discours du Songe de Poliphile. Paris, 1561, in-fol. Exemplaire du peintre François Quesnel (1543-1619). 13 livres 19 s.
2.009. Histoire du Saint Graal, qui est le premier livre de la Table ronde, et de Perceval, qui est le dernier. Paris, 1523, in-fol. 42 livres.
2.011. Histoire de Lancelot du Lac, des chevaliers de la Table ronde. Paris, 1498, in-fol., 2 vol. 84 livres 4 sols.
2.052. Histoire du très noble Perce-Forest. Paris, 1526 & 1532, in-fol., 3 vol. 120 livres.

Vignette de la page de titre

2.665. Hieron. Morlini Novellæ, Fabulæ& Comedia. Neapoli, 1520, in-4. 399 livres.
2.856. Les Lettres d'Étienne Pasquier. Paris, 1586, in-4. 15 livres.
3.671. Les Monumens de la monarchie françoise, par le P. Bernard de Montfaucon. Paris, 1729 & 1723, in-fol., 5 vol. 88 livres.


4.756. Histoire de Cicéron, tirée de ses écrits, des monumens de son siècle, avec les preuves & des éclaircissemens, traduite de l'Anglois, par M. Prévost. Paris, 1743, in-12, 4 vol.

Antoine-Louis Crozat, baron de Thiers
par Jean-Marc Nattier (1685-1766)

Après la mort de Antoine-Louis Crozat, baron de Thiers, ses héritiers acceptèrent, le 8 octobre 1771, le chiffre d'évaluation de 460.000 livres fixé par le collectionneur-marchand genevois François Tronchin (1704-1798) pour la collection de tableaux. Le 4 janvier 1772, le marché définitif fut signé par Diderot, au nom de l'impératrice de Russie, et par les trois filles et les deux gendres du baron de Thiers. Dix-sept caisses demeurèrent trois mois sur les berges de la Seine, avant de pouvoir être dirigées sur Rouen et partir pour le musée de l'Ermitage, à Saint-Pétersbourg.


Le démembrement des collections se termina par une vente, en février 1772 : Catalogue des estampes, vases de poterie étrusques, figures, bas-reliefs & bustes de bronze, de marbre & de terre cuite, ouvrages en marqueterie du célebre Boule pere, pieces de méchanique, & autres objets curieux du cabinet de feu M. Crozat, baron de Thiers, brigadier des armées du Roi, lieutenant général pour Sa Majesté de la province de Champagne au département de Reims, & commandant en ladite province (Paris, Muzier père, 1772, in-12), rédigé par Pierre Remy.


La vente de la bibliothèque de Antoine-Louis Crozat, baron de Thiers, eut lieu du 7 janvier au 23 février 1772, en son hôtel de la place Vendôme : Catalogue des livres de feu M. Crosat [sic], baron de Thiers, brigadier des armées du Roi, lieutenant-général pour Sa Majesté pour la province de Champagne au département de Reims, & commandant en ladite province (Paris, Saillant & Nyon, et Moutard, 1771, in-8, 16-254 p., 3.763 – 17 absents + 18 doubles [*] + 2 triples [**] = 3.766 lots).
Théologie [202 lots = 5,36 %], Jurisprudence [70 lots = 1,85 %], Sciences et Arts [907 lots = 24,08 %], Belles Lettres [1.275 lots = 33,85 %], Histoire [1.312 lots = 34,83 %].
Le catalogue est suivi d'un « Supplément » de 46 [i.e. 47]-[1 bl.] p. et 781 + 3 doubles [*] = 784 lots : théologie [54 lots = 6,88 %], jurisprudence [27 lots = 3,44 %], sciences et arts [90 lots = 11,47 %], belles lettres [356 lots = 45,40 %], histoire [257 lots = 32,78 %].

Armes du baron de Thiers


Ex-libris du baron de Thiers
par François Boucher (1703-1770)

L'ex-libris [127 x 76 mm.] du baron de Thiers, gravé par François Boucher (1703-1770), n'est pas toujours signé « F. Boucher, sclp. » (Bulletin du bouquiniste, 15 avril 1875, p. 212) : deux écussons ovales accolés, surmontés d'une couronne de comte, un aigle sur la droite, un sauvage sur la gauche ; l'écusson à gauche porte « de gueules au chevron d'argent, accompagné de trois étoiles du même » [Crozat] ; l'écusson à droite porte « d'or à la croix de gueules chargée de cinq coquilles d'argent et cantonnée de seize alérions d'azur » [Montmorency-Laval].


103. Le Fouet des Paillards, ou Punition des voluptueux charnels, conforme aux arrêts divins & humains, par M. L. P. Curé du Mesnil Jourdain. Rouen, 1628, in-12.
343. Traité touchant les Sorciers, & touchant les Jeux de Cartes & de Dez, par Lambert Daneau. 1579, in-8, mar.


345. Histoire des Spectres, Visions & Apparitions des Esprits, Démons, &c., par Pierre Le Loyer. Paris, 1605, in-4.


661. Histoire de la nature des oiseaux, par Pierre Belon. Paris, 1555, in-fol.
715. AndreæVesalii, Libri Septem de Humani Corporis Fabricâ. Basilea, 1555, in-fol.


764. La Pratica della Perspettiva di Daniele Barbaro. In Venetia, 1568, in-fol.
913. Vita di Paolo Caliari Veronese, descritta da Carlo Ridolfi. Venetia, 1646, in-4.


1.119. La Castramétation descrite, par Simon Stevin. Leyden, 1618, in-fol.
1.324. Le Romant de la Rose, nouvellement reveu & corrigé, oultre les précédentes impressions. Paris, Galliot du Pré, 1529, in-8.
1.326.Œuvres de Clément Marot. La Haye, 1700, 2 vol. in-12.
1.329. L'Espadon satyrique, en vers, par le Sieur Desternod. Lyon, 1623, in-12.
1.331. La Guirlande de Julie, pour Mademoiselle de Rambouillet, Julie Lucine d'Angenes ; faite en 1641. Manuscrit in-4, mar.
La présence de ce manuscrit dans le Catalogue du baron de Thiers ne semble pas avoir retenu l'attention des bibliographes : n'était-ce pas celui de son frère, le marquis de Thugny [n° 1.316] ?

« Nicolas Jarry, écrivain inimitable du dernier siècle, fit trois manuscrits de la Guirlande de Julie dans la même année 1641, […].
Le premier, annoncé dans le Catalogue des livres de M. le président Crozat de Tugny, Paris, 1751, p. 119, n° 1316, n'étoit pas imprimé. C'est une erreur de ne pas l'avoir annoncé manuscrit. Il est de la propre main de Jarry, sur papier in-quarto, à longues lignes, et contient cinquante-trois feuillets très-bien écrits, en lettres bâtardes. Il paraît avoir été l'esquisse et le modèle de l'in-folio présenté à mademoiselle de Rambouillet. M. le marquis de Courtanvaux en a été ensuite possesseur [pour 3 livres]. Il est passé, à sa vente [1783], entre les mains de P. F. Didot [pour 3 liv. 75], imprimeur de Monsieur [c'est d'après cet in-4 que l'édition de 1784 fut donnée par cet imprimeur].
Le second, très précieux, sur vélin in-folio, […], est supérieurement écrit en lettres rondes ; les figures de toutes les fleurs, peintes par le fameux Robert, et la reliure magnifique, en maroquin rouge, de ce livre, orné, en dehors et en dedans, du chiffre entrelacé de J. L., ajoutent au très-grand mérite de cet ouvrage unique en son genre.
Il paraît qu'après M. de Gaignières, ce manuscrit passa entre les mains du chevalier de B*** [Bauche] ; il fut acheté, en 1726, à la vente de ses livres [n° 785], par M. l'abbé de Rothelin, qui […] en fit présent quelque temps après à M. de Boze. M. de Cotte l'acheta des héritiers de M; de Boze, avec une partie de sa bibliothèque, et le céda à M. Gaignat, à la vente duquel il fut acheté par M. le duc de La Vallière [pour 780 livres]. M. Peyne, libraire de Londres, l'a payé, à la vente de ce dernier [n° 3247], quatorze mille cinq cent dix livres. Nous ignorons entre les mains de qui il est passé [Après la vente de La Vallière, il fut acquis par madame la duchesse de Châtillon, à la mort de laquelle il passa chez la duchesse d'Uzès, sa fille.Il appartient aujourd'hui à M. de Crussol, qui l'a reçu de son père, le duc d'Uzès].
 Le troisième et dernier manuscrit de la Guirlande [vient de la bibliothèque de l'abbé de Rothelin] contient quarante feuillets sur vélin in-octavo, écrits en lettres bâtardes. Il ne renferme que les madrigaux seuls, sans aucune peinture. La reliure est la même que celle du manuscrit précédent (1641), parce qu'ils furent présentés, tous les deux en même temps, à mademoiselle de Rambouillet, par M. le duc de Montausier. L'on ignore absolument comment il est passé dans la bibliothèque de M. le duc de La Vallière. M. G. Debure fils aîné, chargé de la vente de cette bibliothèque, l'a payé quatre cent six livres, et en est actuellement le possesseur (1784) [Brunet annonce cet in-octavo vendu 406 francs à la vente La Vallière, 622 francs à la vente d'Hangard, 250 francs à la vente de Febvre, et enfin 2900 francs à la vente du dernier De Bure, en 1853. Il fut alors acquis par le marquis de Sainte-Maure). » [sic]
(Octave Uzanne. La Guirlande de Julie. Paris, Librairie des bibliophiles, 1875, p. XXVIII-XXXI)

1.337. La Pucelle, ou la France délivrée, poëme par Chapelain, avec figures. Paris (Hollande), 1656, in-12.
1.343. Fables choisies, mises en vers, par de La Fontaine, avec un nouveau Commentaire, par Coste. Paris, 1743, 2 vol. in-12.


1.344. Les mêmes, avec des figures gravées d'après les dessins d'Oudry, par M. Cochin. Paris, 1758, 4 vol. in-fol., gr. pap., mar. r., premières épreuves.
1.345. Les mêmes gravées, par M. Fessard, avec figures. Paris, 1765, 3 vol. in-8, mar. Nota. Il a été payé la somme de 30 livres pour le 4evol.


1.397.Œuvres de Vadé. Paris, 1758, 4 vol. in-8.
1.451. Théâtre de Pierre Corneille, avec les Commentaires de M. de Voltaire. Genève, 1764, 12 vol. in-8.
1.454.Œuvres de J. B. Poquelin de Molière, avec figures. Paris, 1734, 6 vol. in-4.


1.758. Le Rime di Franc. Petrarca, rivedute ed ampliate con le Offervazioni di Lod. Antonio Muratori. In Modena, 1711, in-4.
1.954. Hypnerotomachie, ou Discours du songe de Poliphile, trad. de l'italien de Columna, & revu par Jean Martin. Paris, 1561, in-fol.
2.192. Les Mille & une Nuits, par Galland. Paris, 1704 & 1723, 6 vol. in-12.
2.249. Relation d'un voyage fait dans la Lune. 1751, in-12.
2.268. Le Chef-d'Œuvre d'un inconnu, par Chrysostome Mathanasius. La Haye, 1744, 2 vol. in-12.


2.284. Ressource contre l'ennui, ou l'Art de briller dans les conversations. Paris, 1766, 2 vol. in-12, br.
2.287. Emblêmes d'Alciat, translatez en François, vers pour vers, avec figures. Lyon, 1549, in-8.
2.379. Mélanges amusans de saillies d'esprit, par le Sage. Paris, 1743, in-12.


3.185. Description de la place de Louis XV à Reims, par M. le Gendre. Paris, 1765, in-fol., gr. pap., fig.
3.256. Histoire métallique de la République de Hollande, par Bizot. Paris, 1687, in-fol.
3.341. Histoire de la Laponie, trad. du latin de Scheffer, par L. P. A. L. Paris, 1678, in-4.
3.361. Histoire de l'empire de Russie, par M. de Voltaire, 1759, in-8, br.


3.430. Histoire de la navigation de Jean-Hugues de Linschot aux Indes orientales. Amsterdam, 1638, in-4, figures.


3.510. Essai historique sur les lanternes, par M. Dreux Duradier. Dole, 1755, in-12, br.
3.535. Pierres antiques gravées sur les originaux, ou d'après les empreintes, par Bernard Picart, expliquées par Philippe de Stosch. Amsterdam, 1724, in-fol.














































































Viewing all articles
Browse latest Browse all 463