Quantcast
Channel: Histoire de la Bibliophilie
Viewing all articles
Browse latest Browse all 464

Édouard Turquety (1807-1867), disciple de Lamartine

0
0
D’une famille originaire de la paroisse Saint-Martin de Vitré [Ille-et-Vilaine], Marin-François Turquety (1742-1800), seigneur de Cohigné, greffier du marquisat de Cucé [Cesson-Sévigné, Ille-et-Vilaine], s’installa à Rennes en 1770 et devint huissier au Parlement de Bretagne en 1781.


Son fils Pierre-Gabriel-Marie Turquety, né à Vitré le 8 juin 1775, épousa, à Rennes, le 18 prairial An IX [7 juin 1801], Renée-Anne Couapel, née le 20 mars 1772 à Bourgbarré [Ille-et-Vilaine], au château de Mesneuf, dont son père était le régisseur. Il fut nommé, le 24 fructidor An IX [11 septembre 1801], notaire pour les communes de Bourgbarré et Orgères, puis, le 7 ventôse An XI [26 février 1803], maire de la commune d’Orgères. Il fut autorisé à transférer sa résidence à Rennes le 19 juin 1806.


Rennes, rue du Chapitre

Son petit-fils, Édouard-Marie-Louis-Casimir Turquety, naquit à Rennes, dans la « noire maison gothique et retirée » de la rue du Four-du-Chapitre [rue du Chapitre], le 21 mai 1807 ; il fut baptisé le lendemain dans l’église Saint-Aubin [démolie en 1904].
Édouard Turquety suivit les cours du petit séminaire des Cordeliers, puis ceux du Collège royal de Rennes. Après la mort de son frère Julien, le 11 février 1821, son père démissionna, vendit son étude en juillet, déménagea rue de Beaumanoir et devint adjoint au maire de la ville de Rennes le 17 octobre 1821 ; il sera fait chevalier de la Légion d’honneur en 1826.
Devenu fils unique, Édouard Turquety termina ses études avec le diplôme de bachelier ès-lettres, le 19 août 1824 ; il avait déjà alors la réputation d’un poète. Dès 1825, il eut le bonheur de lire ses essais poétiques dans Le Lycée armoricain (Nantes, Imprimerie Mellinet-Malassis, 1825, t. VI, p. 80), revue avec laquelle il s’était mis en relation. Destiné au notariat, il suivit les cours de la Faculté de droit de Rennes, où il se lia d’amitié avec Émile Souvestre (1806-1854), et obtint son diplôme de licencié le 22 août 1828. Reçu avocat, il préféra s’adonner à la poésie.


In Les Contemporains, 22 juillet 1900

Au mois de septembre 1828, Turquety partit pour Paris, dans l’espoir de rencontrer les écrivains célèbres de son temps : il fut reçu avec bienveillance par Nodier et par Hugo.
Il y retourna en juin 1829. Sa première visite fut pour Chateaubriand, puis il fut reçu par Nodier et par Hugo, qui l’engagèrent à publier son premier volume de poésies. Nodier l’introduisit auprès de son éditeur, Nicolas Delangle (1792-1866), breveté le 21 février 1826, 19 rue du Battoir-Saint-André-des-Arts [partie de la rue Serpente, entre la rue Hautefeuille et la rue de l’Éperon, VIe], qui avait donné en 1827 la première édition des poésies de Nodier. Pendant que le petit volume de ses Esquisses poétiques s’imprimait, Turquety prit l’habitude de passer ses soirées du dimanche à l’Arsenal, fit la connaissance de Sainte-Beuve et d’Émile Deschamps et sacrifia à la mode des lectures, chez Alfred de Vigny et chez Hugo. 


Les Esquisses poétiques (Paris, Delangle frères, 1829, in-18) parurent vers la fin août 1829, et Turquety rentra à Rennes.

En décembre 1832, Turquety fut cordialement accueilli par La Mennais au château de La Chênaie [Plesder, Ille-et-Vilaine].


Il repartit pour Paris au mois d’avril 1833 pour surveiller l’impression de son livre Amour et foi (Paris, Delaunay, Corbet, Chamerot et Rignoux, et Rennes, Molliex, 1833, in-8) : son ode contre la « Peine de mort » (p. 127-134) est un chef-d’œuvre.


Il fit de nouveau un séjour de plusieurs mois à Paris, de janvier à juin 1836, pour surveiller l’impression de son nouveau recueil intitulé Poésie catholique (Paris, Delaunay et Debécourt, et Rennes, Molliex, 1836, in-8) : il rencontra Lamartine, qui était le seul des grands écrivains qu’il ne connût encore que par correspondance et qui l’engagea à faire les Hymnes sacrées (Paris, Debécourt, et Rennes, Molliex, 1839, in-8).


De 1839 à 1842, Turquety collabora à la Gazette de France et y donna des articles en prose sur les châteaux de Bretagne.
Un nouveau recueil de vers, dont la moitié reproduisait les Esquisses poétiques de 1829, vint s’étaler aux vitrines des libraires : Primavera (Paris, Chamerot, 1841, in-8).


Sa mère mourut le 22 février 1844, à Rennes, rue du Four-du-Chapitre. C’est alors qu’il fit paraître les Fleurs à Marie (Paris, Sagnier et Bray, 1845, in-18). Il reçut la Légion d’honneur le 5 mai 1847. Son père mourut le 9 octobre 1849, à Rennes, place des Lices.


Turquety se maria sur le tard, le 23 juin 1852, à Rennes, en épousant Zédélie-Caroline-Marie de Gacon, née à Angers [Maine-et-Loire] le 24 septembre 1808, fille de Joseph-Étienne de Gacon, sous-préfet de Barcelonnette [Alpes-de-Haute-Provence], et de Julie-Suzanne Saillard de Seguin. Quelques semaines après, les époux s’établirent à Passy, rue de la Pompe [XVIe].


Ses amis apprirent alors avec stupéfaction la publication d’un poème héroï-comique en l'honneur du coup d'État de décembre 1851, intitulé Les Représentants en déroute ou le Deux Décembre (Paris, Ledoyen, 1852, in-12). Regrettant d’avoir insulté ceux qui firent alors leur devoir, Turquety fit disparaitre les exemplaires de ce libelle rimé.



Après environ vingt ans de réelle popularité, le silence se fit peu à peu autour du nom de Turquety. Malade depuis plusieurs années, affaibli peu à peu par la morphine qu’il utilisait contre l’insomnie, il mourut obscurément le 18 novembre 1867, 5 chaussée de la Muette [XVIe]. Il avait été membre de la Société académique de Brest et de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen.


Il fut inhumé à Rennes, dans le cimetière du Nord, le 5 décembre 1867. Ce fut à l’aide d’une souscription publique que fut élevé sur sa tombe le monument inauguré le 15 octobre 1886 [Section 16-Rang 44-Tombe 1] : un buste en bronze [qui a disparu], haut de 60 cm., qui le représente de face, le visage imberbe, les cheveux plats, était placé sur un socle portant la signature « A. LÉOFANTI» [Adolphe Léofanti (1838-1890)], adossé à une stèle verticale qui se dresse au sommet d’un tombeau en granit ; la stèle est surmontée d’un fronton, au centre duquel est sculptée une croix en bas-relief ; au-dessous du fronton est gravé : « A ÉDOUARD TURQUETY» ; au-dessous du buste, à la droite du personnage : « RENNES 1807», à la gauche : « PARIS 1867» ; entre ces deux inscriptions, une lyre, une palme et des feuillets, renoués d’une guirlande de cyprès, sont fixés sur la stèle ; ces attributs décoratifs, exécutés par Léofanti, sont en bronze ; la hauteur totale de la stèle est de 3,70 m. ; sur les faces latérales sont gravés les titres des œuvres du poète : AMOUR ET FOI, 1833; POÉSIES CATHOLIQUES, 1836 ; HYMNES SACRÉES, 1839; PRIMAVERA, 1840 ; FLEURS A MARIE, 1845; ACTE DE FOI, 1868et SOUSCRIPTION PUBLIQUE, 1884-1886.


Turquety ne laissait pas d’enfant. Sa veuve lui survécut jusqu’au 30 avril 1892, décédée 3 rue Poussin [XVIe].

« Turquety n’a rien d’original ; il a débuté vers 1829 avec assez de douceur ; il imitait les élégies de Nodier, il y mettait de l’harmonie, - mais de la pensée et du sentiment, très-peu. Nodier l’a payé alors de son imitation par un de ces articles de louange exagérée et banale qu’il n’accordait pas toujours aux vrais talents. Turquety est un Breton doux et francisé. Plus tard il s’est fait un genre par ses poésies catholiques où il y a une certaine onction et de la pureté. Quand on lui demandait ce qu’il faisait, il répondait en ce temps-là : “ Je catholicise de plus en plus.” Il disait cela sans sourire. Les catholiques l’ont pris très au sérieux quelque temps. Ses poésies ont eu des éditions. Il a correspondu avec madame Swetchine. Cela a duré tant bien que mal jusqu’à la date du 2 décembre. A cette époque, il a eu l’idée malheureuse de faire imprimer une satire où étaient raillés et insultés de la manière la plus vulgaire les députés et les généraux battus ce jour-là. Son pamphlet publié à Paris a dû avoir un contre-coup et faire un effet épouvantable à Rennes où il habitait. C’est à la suite de cette incartade que Turquety a quitté sa province et est venu habiter Paris, Passy. Il a des goûts simples et domestiques. Il s’est un peu confit dans les poëtes du seizième siècle. Il a fait sur quelques-uns d’entre eux des articles dans le Bulletin du Bibliophile. Ses articles, d’ailleurs élégamment écrits, sont dénués de toute vue critique neuve et de toute originalité. En somme, vers ou prose, ce n’a été qu’une doublure assez élégante. Rapprochement singulier ! le bon Géruzez, qui lui-même a résumé élégamment et avec assez de justesse l’histoire littéraire du passé, mais qui ne compte pas comme critique contemporain, s’est épris d’un bel amour pour Turquety ; il faisait pour lui seul une exception entre tous les poëtes de la nouvelle École : un tel choix juge le critique et le poëte : ils s’appareillaient tous deux. Le bon Géruzez en effet n’a jamais eu, en fait de poésie contemporaine, que deux vues saillantes : l’une qu’on était à la veille d’une réhabilitation de Delille, l’autre que Turquety était le plus parfait et le seul vraiment élégant des poëtes romantiques. Sur quoi quelqu’un a eu ce mot assez juste : “ Turquety, c’est le Géruzez de la poésie.” Je vous dis tout. Mais si vous voyez l’homme, si vous rencontrez Turquety en personne, vous vous assurerez que la vraie élégance, - je parle de celle de l’esprit, - il ne l’a pas. Il m’a adressé une fois des vers, et je lui ai répondu par une pièce qui est dans mon Recueil de poésies. Je n’aurais pas volontiers écrit en prose sur lui ; car les vrais éloges qu’on se plait à accorder à un poëte original, je n’aurais pu les lui donner, pour être sincère, qu’avec parcimonie et mesure. » [sic] (C.-A. Sainte-Beuve. Causeries du lundi. Paris, Garnier frères, s. d., 3eédition, t. XI, p. 517-519 [lettre à Asselineau])

Eugène Villemin (1815-1869) n’était pas de l’avis de Sainte-Beuve :

« Dans chacune des pages respirent une naïve croyance, une fraîcheur, une jeunesse de sentimens, où se révèle l’homme de sa race, le Breton de la vieille souche, simple et catholique. […]
Quelquefois, sous l’obsession de Lamartine, Edouard Turquety, dominé, chante dans la même octave. Mais la pensée est toujours sienne ; il procède de son invariable point de départ. Seulement, au lieu de sa rote celtique, il fait résonner la harpe de l’immortel auteur des Méditations. » (In Le Constitutionnel, samedi 4 janvier 1868, p. 3)

Édouard Turquety possédait une bibliothèque qui, jusque vers 1844, contenait tous les bons ouvrages des diverses littératures, les classiques et les auteurs contemporains, sans préoccupation exclusive. Désirant alors étudier la poésie dramatique du XVIesiècle, il s’intéressa aux ventes publiques et fit ses premières acquisitions à la vente Soleinne. ÀRennes, il put moissonner fructueusement chez Jean-Marie-Ange Ganche, breveté libraire le 20 février 1829, installé au rez-de-chaussée d’une vieille maison délabrée donnant sur la douve de la Visitation, et chez Le Moal, rue de la Poulaillerie, qui, le samedi, quittait sa petite échoppe pour aller étaler ses livres rue Le Perdit. Pour comble de fortune, deux curieuses bibliothèques, celle de Aymé-Marie-Rodolphe Baron du Taya (1783-1850), ancien conseiller à la Cour de Rennes, et celle de Casimir-Victor-Amédée-Félicien du Fos de Méry (1777-1849), ancien référendaire de la Chambre des comptes, furent acquises par Ganche et vendues au détail de 1850 à 1852.

Une fois installé à Passy, il consacra tout son temps à ses études et à ses goûts de bibliophile. Quand on ne le voyait pas aux expositions qui précédaient les ventes à la salle Silvestre ou chez les libraires, Techener, Potier ou Claudin, il travaillait dans les bibliothèques publiques, à l’Arsenal, au Louvre ou à la Mazarine.

« Je suis allé à une ou deux séances de cette vente [vente Bertin] et j’y ai fait aussi quelques acquisitions. Mais ce qu’il fallait voir, c’était l’ensemble de cette magnifique bibliothèque avant qu’elle eût été livrée au public. Par faveur grande, Techener m’avait ouvert les portes du sanctuaire : j’avais pu examiner et palper pendant des heures entières ces rares trésors, car c’étaient de vrais trésors. Je ne crois pas qu’il y ait à Paris ni ailleurs un pareil assemblage de livres dans cette condition et avec de pareilles reliures. Je vis l’adjudication du Rabelais de 1533, misérable petit livret que la Bibliothèque impériale acheta 1800 francs : M. de Clinchamp poussa jusque-là ; il ne put se décider à aller plus loin. Il m’avait dit qu’il ne mettrait que 800 francs et tout au plus 1000 francs. » (Lettre du 25 septembre 1854. In Frédéric Saulnier. « Édouard Turquety bibliophile ». Revue de Bretagne et de Vendée. Nantes, 1884, 1er semestre, p. 431)

Le Bulletin du bibliophilecompta Turquety au nombre de ses rédacteurs de 1860 à 1866 : « Lettre sur quelques poëtes du XVIesiècle. A Monsieur Techener » (1860, p. 1.364-1.382), « Poëtes françois du XVIesiècle. Olivier de Magny. 1560 » (1860, p. 1.637-1.672), « Publications nouvelles. Poésies de Saint-Pavin, la plupart inédites, publiées par M. Paulin Paris. 1 vol. in-8 » (1861, p. 631-640), « Lettre de M. Ed. Turquety sur la liste en vers de livres rares, publiée dans le numéro de mars » (1862, p. 972-976), « Lettres de Mme de Sévigné. Nouvelle édition, revue et annotée par M. de Sacy, de l’Académie françoise » (1862, p. 1.028-1.044), « Poëtes françois du seizième siècle. Joachim du Bellay. 1560 » (1864, p. 1.125-1.159), « Réponse à un reproche » (1865, p. 172-181), « Une causerie de Charles Nodier » (1866, p. 161-173), « Bibliophile et bibliomane » (1866, p. 533-541).

Le marquis de Clinchamp et le vicomte de Gaillon comptèrent les premiers parmi ses meilleures relations chez les bibliophiles. Plus tard, un hasard le rapprocha de Prosper Blanchemain : ils possédaient l’un et l’autre des exemplaires incomplets d’un livre fort rare, Les Premières Amours poétiques (1598, in-12), par Guy de Tours ; des deux on pouvait en faire un complet. L’exemplaire de Turquety fut complété, mais entra plus tard dans la bibliothèque de Blanchemain, souvenir offert par la veuve du poète au fidèle ami des derniers jours.

L’admiration que lui inspirait le mouvement littéraire du XVIesiècle, il l’avait aussi pour l’aspect matériel des livres :

« J’aime à voir que vous partagiez mon opinion sur la supériorité de la typographie au XVIesiècle : je crois en effet que jamais la poésie n’a été mieux imprimée qu’alors. J’ai toujours été singulièrement frappé des rapports qui existaient entre les architectes, sculpteurs, peintres, imprimeurs de cet ère mémorable. Il y a entre ces divers arts de secrètes affinités qui me pénètrent et m’enchantent en même temps. Ainsi, à Fontainebleau, la salle de bal de Henri II me rappelle, quand je m’y trouve, les beaux livres de la Renaissance, comme les livres de la Renaissance me font penser, dès que je les aperçois, à cette salle merveilleuse, création splendide, multiforme, qu’on dirait éclose sous la main des génies et des fées. » (Lettre du 27 janvier 1861, à l’imprimeur lyonnais Perrin. Ibid., p. 436)


La première partie de sa bibliothèque fut vendue du mercredi 22 au samedi 25 janvier 1868, en 4 vacations, à 19 heures, à la Maison Silvestre, 28 rue des Bons Enfants, salle n° 3 le premier jour et salle n° 2 les autres jours : Catalogue des livres rares et précieux formant la bibliothèque poétique de feu M. Édouard Turquety, chevalier de la Légion d’honneur, membre de plusieurs Académies et Sociétés savantes, composée de poètes français, principalement des XVe, XVIeet XVIIesiècles, en partie reliés par Bauzonnet, Capé, Duru, Simier, Lortic, etc., etc. (Paris, L. Potier et A. Claudin, 1868, in-8, VIII-63-[1 bl.] p., 660-2 [nos360 et 622 absents] + 3 bis = 661 lots), avec « Edouard Turquety, poète et bibliophile », par Prosper Blanchemain [notice extraite du Bulletin du bouquiniste du 1erdécembre 1867, p. 613-615], et le signalement des livres les plus précieux.

Poètes français depuis les trouvères jusqu’à Clément Marot [50 lots = 7,56 %], Clément Marot et ses contemporains [32 lots = 4,84 %], Poètes français depuis Ronsard jusqu’à Malherbe [280 lots = 42,36 %], Poètes depuis Malherbe [261 lots = 39,48 %], Poésie dramatique [38 lots = 5,74 %].


8. Le Romant de la rose. Paris, Michel Le Noir, 1509, in-4, goth. à 2 col., fig. s. bois, mar. r., fil., tr. dor., doublé de moire. Raccommodage dans le coin de la marge du haut du titre. 81 fr.
10. Le Romant de la rose, moralisé cler et net, translaté de rime en prose, par vostre humble Molinet. Paris, veuve Michel Le Noir, le 17 août 1521. Pet. in-fol. goth., fig. sur bois, mar. rouge, fil., tr. dor. (Anc. rel.). 161 fr.
29. Ovide, de arte amandi, translaté de latin en françoys. Genève, s. d. [fin XVe]. Pet. in-4 goth. à 2 col., fig. s. bois, mar. vert, dent. à comp., tr. dor. (Niedrée). De la vente Edward Vernon Utterson [Londres, 1852]. 135 fr.
56. Controverses des sexes masculin et femenin (par Gratien de Pont, sieur de Drusac). S. l. [Toulouse], 1536, 3 tomes en 1 vol. in-16, lettres rondes, fig. sur bois, mar. vert, fil., tr. dor. (Bauzonnet-Trautz). Exemplaire de Crozet et de Chaponay. 210 fr.


61. Marguerites de la Marguerite des princesses, très illustre royne de Navarre. Lyon, Jean de Tournes, 1547, 2 parties en 1 vol. in-8, fig. sur bois, v. m., fil. 180 fr.
69. Œuvres poétiques de Jaques Peletier du Mans, intitulez Louanges. Paris, R. Coulombel, 1581, in-4, v. fauve, fil., tr. dor. (Closs). 132 fr.
71. Délie, object de plus haute vertu (par Maurice Scève). Paris, Nicolas Duchemin, 1564, in-16, mar. rouge, fil., tr. dor. (Niedrée). 125 fr.
75. Œuvres de Loyse Labé Lionnoise, du débat de folie et d’amour. Rouen, Jan Garou, 1556, in-16, mar. r., fil., plats ornés et à petits fers, tr. dor. (Bauzonnet-Trautz). Provient des bibliothèques du marquis de Coislin et de A. Bertin. Le 81efeuillet qui manquait a été refait parfaitement. 230 fr.
81. Œuvres poétiques de Mellin de S.-Gelais. Lyon, Antoine de Harsy, 1574, in-8, mar. r., fil., tr. dor. (Koehler). Edition originale sous cette date. 120 fr.
87. Les Amours de P. de Ronsard, Vandomois, ensemble le cinquiesme de ses Odes. Paris, veuve Maurice de la Porte, 1552, in-8, musique notée, non relié. Quelques feuillets de la fin ont été remontés. 175 fr.
100. Les Œuvres de P. de Ronsard, gentilhomme Vandomois. Paris, Gabriel Buon, 1567, 6 tomes en 5 vol. in-4, réglé, portrait, mar. vert janséniste, tr. dor. (Duru). On a relié avec le tome IV les sixiesme et septiesme livres des Poèmes de Ronsard, Paris, Jean Dallier, 1569, 2 part. in-4, éditions originales. Exemplaire de Charles Giraud. 1.000 fr. à Ernest Odiot.
101. Les Œuvres de P. de Ronsard, gentilhomme Vandomois, rédigées en six tomes. Paris, 1572-1573, 6 tomes en 5 vol. in-16, portr., mar. br., fil., tr. dor. (Lortic). 155 fr.
119. Les Œuvres françoises de Joachim du Bellay, gentilhomme Angevin. Paris, Abel L’Angelier, 1584, in-12, mar. r., milieu orné, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Très grand de marges, rempli de témoins. 169 fr.
123. Les Œuvres et Meslanges poétiques d’Estienne Jodelle, sieur du Lymodin. Paris, 1583, in-12, mar. r., fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 230 fr.
129. Les Amours de Jan Antoine de Baïf. Paris, Lucas Breyer, 1572, in-8, dem.-rel., tr. dor. 100 fr.
131. Euvres en rime de Jan Ant. de Baïf. Paris, L. Breyer, 1573, in-8, dem.-rel. Titre doublé. 120 fr.
142. Quadrins historiques (en vers françoys, par Cl. Paradin), revuz et augmentez d’un grand nombre de figures. Lyon, Jean de Tournes, 1555-1556, 2 tomes en 1 vol. in-8, fig. du Petit-Bernard, mar. r., fil. à riches comp., plats à petits fers, tr. dor. (Capé). 525 fr.
145. La Tragédie d’Agamemnon, avec deux livres de chants de philosophie et d’amour, par Charles Toutain. Paris, Martin le Jeune, 1557, in-4, mar. rouge, fil., tr. dor. (Anc. rel.). Ex. de Favart. 355 fr.
146. Les Odes d’Olivier de Magny, de Cahors en Quercy. Paris, André Wechel, 1559, in-8, réglé, mar. r., fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 755 fr.


147. Elegies de Jan Doublet, Dieppoys. Paris, Charles Langelier, 1559, in-4, réglé, mar. rouge, dent. int., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). De la collection d’Auffay. Raccommodage au titre. 805 fr.
148. Le Premier Livre des Odes de Charles de Rouillon. Anvers, Christophe Plantin, 1560, in-8, v. fauve, fil., tr. dor. Ex. de Viollet-le-Duc. 250 fr.
151. Orphéide. Œuvre excellent et singulier, contenant plusieurs chantz royaux, ballades, notables inventions et matières d’honneur et vertu. Autheur frère Adrien du Hecquet, de l’ordre des Carmes du couvent d’Arras. Anvers, Amé Tavernier, s. d. [1562], in-8, portr., v. br., fil., tr. dor. 111 fr.
152. Les Chastes Amours, ensemble les Chansons d’amour de N. Renaud, gentilhomme Provençal. Paris, Thomas Brumen, 1567, pet. in-4, réglé, portr. gravés sur bois, mar. r., fil. à comp., tr. dor. (Koehler). Ex. de Charles Nodier, avec la signature de Jamet, de Lunéville, au titre. 425 fr.
165. Œuvres poétiques de Jean et Jacques de la Taille. Paris, Fédéric Morel, 1572-1574, in-8, 5 parties en 1 vol., mar. br., fil., milieux ornés, tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). 480 fr.
180. Les Poèmes de Pierre de Brach, Bourdelois, divisés en trois livres. Bordeaux, Simon Millanges, 1576, in-4, mar. r., compart., fil., tr. dor. 180 fr.
189. Les Œuvres et Meslanges poétiques de Pierre Le Loyer Angevin, ensemble la comédie Nephelococugie ou la nuée des cocus non moins docte que facétieuse. Paris, J. Poupy, 1579, in-12, mar. r., fil., tr. dor. (Derome). Titre doublé. Ex. de Chaponay. 300 fr.
190. Les Œuvres de Claude de Pontoux, gentilhomme Chalonnois, docteur en médecine. Lyon, Benoît Rigaud, 1579, in-16, mar. bleu, fil., tr. dor. (Capé). 200 fr.
194. Les Œuvres poétiques de Jaques de Courtin de Cissé, gentilhomme Percheron. Paris, Gilles Beys, 1591, in-12, mar. cit., fil., tr. dor.(Trautz-Bauzonnet). Suivi des Hymnes de Synèse Cirénéan, traduits par le même. Paris, 1591. Ex. du comte Alfred d’Auffay. 240 fr.
195. Les Premières Œuvres poétiques de madamoiselle Marie de Romieu Vivaroise. Paris, Lucas Breyer, 1581, in-12, mar. r., fil., tr. dor. (Niedrée). 190 fr.


204. Les Œuvres poétiques de Pierre de Cornu, Dauphinois. Lyon, J. Huguetan, 1583, in-8, mar. r., fil. à comp., doublé de mar. bl., dent. int., tr. dor. (Bruyère). Ex. de Chaponay. Très lavé et reliure médiocre. 400 fr.
211. Les Premières Œuvres poétiques de Flaminio de Birague. Paris, Th. Périer, 1585, in-12, portr., mar. r., fil., tr. dor. (Anc. rel.). 160 fr.
222. Trois centuries de sonnets, par François Perrin, Autunois. Paris, Guillaume Chaudière, 1588, in-8, mar. bleu, fil., tr. dor. (Koehler). Ex. de Nodier, avec son « Ex Musaeo », puis de Chaponay. 250 fr.
244. Les Essais poétiques de Guill. Du Peyrat, gentilhomme Lyonnois. Tours, Jamet Mettayer, 1593, in-12, mar. bl., fil., tr. dor. (Koehler). Titre raccommodé. Ex. de Nodier et de Chaponay. 245 fr.
259. Les Premières Œuvres poétiques du capitaine Lasphrise à César Monsieur. Paris, J. Gesselin, 1597, in-12, portr., bas. Les 2 feuillets d’errata manquent. 102 fr.
262. Les Premières Œuvres poétiques de Jehan Grisel, Rouennois. Rouen, R. du Petit-Val, 1599, in-12, v. fauv., fil., tr. dor. (Thouvenin). 185 fr.
305. Les Marguerites poétiques […], par Esprit Aubert. Lyon, 1613, in-4, titre gravé par L. Gaultier, mar. r. à comp., dos de mosaïque, dent. int., tr. dor. (Lortic). 180 fr.
324. Les Poèmes divers du sieur Annibal de Lortigue, Provençal. Paris, J. Gesselin, 1617, in-12, mar. vert, fil., tr. dor. (Petit). Ex. de Châteaugiron. 142 fr.
358. Les Tragiques ci-devant donnez au public par le larcin de Prométhée et depuis avouez et enrichis par le Sr d’Aubigné. S. l. [de l’imprimerie particulière de d’Aubigné, dirigée par J. Moussat], s. d. [v. 1630], in-8, v. fauve (Anc. rel.).150 fr.


405. La Muse chrestienne du sieur Adrian de Rocquigny. S. l., 1634, 2 part. en 1 vol. in-4, portr., mar. r., fil., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. d’Auffay. 165 fr.
408. Les Nouveaux Satires et Excersices de ce temps, […], par R. Angot, Sr de l’Eperonnière. Rouen, Michel l’Allemant, 1637, in-12, réglé, mar. r., tr. dor. (Trautz-Bauzonnet). Ex. d’Auffay. Très raccommodé. 270 fr.
415. Les Œuvres chrestiennes du sieur Jean Gaston. Orthez, Jacques Rouyer, et Rouen, Jacques Cailloüé, 1639, in-8, v. m. 100 fr. pour le Docteur Payen.
621. La Ligue, ou Henry le Grand, poème épique, par Voltaire. Genève, J. Mokpap [Rouen, Viret], 1723, in-8, mar. vert, fil., tr. dor. (Duru). Edition originale de la Henriade. 260 fr.
630. La Tragédie d’Euripide nommée Hecuba, traduicte de grec en rythme françoise. Paris, Robert Estienne, 1544, in-8, mar. r., fil., tr. dor. (Capé). 150 fr.


La deuxième partie de la bibliothèque de Turquety fut vendue en 6 vacations, du lundi 20 au samedi 25 juin 1870, à la Maison Silvestre, 28 rue des Bons Enfants, salle n° 1, à 19 h. 30 : Catalogue des livres rares et curieux, en tous genres […], composant la deuxième partie de la bibliothèque de feu M. Edouard Turquety, chevalier de la Légion d’honneur (Paris, A. Claudin, 1870, in-8, [4]-96 p., 1.068 lots, absence de n° 877 et présence d’un n° 103 bis). Théologie [74 lots = 6,92 %], Jurisprudence [10 lots = 0,93 %], Sciences et Arts [95 lots = 8,89 %], Belles-Lettres [698 lots = 65,35 %], Histoire [191 lots = 17,88 %].

« Une partie de la bibliothèque d’Edouard Turquety a déjà été dispersée au feu des enchères.
Cette portion consistait en une très-remarquable collection d’anciens poètes français.
La deuxième partie que nous présentons aux hasards de la vente publique, comprend des livres de tous genres presque tous écrits en prose, si l’on en excepte une partie du théâtre et les poètes de ce siècle. C’est pour ainsi dire la bibliothèque de travail du poète.
Sans être riche en raretés bibliographiques de premier ordre comme la première vente, ce deuxième catalogue mérite d’être lu attentivement. On y trouvera bon nombre de livres curieux et intéressants à divers titres, et les véritables bibliophiles trouveront certainement à glaner, chacun dans leur spécialité. Nous leur laisserons le plaisir de découvrir eux-mêmes ce qui pourrait les tenter ; aussi n’avons-nous indiqué que très-sommairement quelques-uns des principaux articles.
Nous avions commencé nous-même la rédaction de ce catalogue, auquel nous avions voulu conserver quelques-unes des notes écrites par Ed. Turquety. Diverses circonstances et de nombreuses occupations ne nous ont pas donné le loisir de continuer par nous-même ce travail. Nous avons dû laisser à d’autres mains le soin de terminer le catalogue et de le classer. On voudra bien en conséquence nous pardonner les erreurs de rédaction et de classement qui ne sont pas de notre fait, et de regrettables omissions qu’il ne nous était plus possible de rétablir sur les épreuves.
Un de nos confrères, avait procédé conjointement avec nous à la première vente d’Edouard Turquety. Aujourd’hui, après quarante années d’exercice, M. Potier se retire des affaires. Nous restons seul chargé de cette deuxième vente ; nous ferons notre possible pour nous acquitter au mieux de cette tâche que nous eût rendue plus facile le concours des lumières et de l’expérience de notre excellent et très-honorable confrère. » (p. [3-4])

On y remarque :

12. Exercitia D. Joannis Thauleri piissimi super vita et passione Salvatoris nostri Jesu Christi in gratiam sitientium salutem ex idiomate Germanico in latinum versa per F. Laurentium Surium Carthusianum. Lyon, G. Rouille, 1572, in-16, réglé, mar. rouge, fil. à riches compartiments, plats et dos richement dorés à la fanfare, tr. dor. (Armoiries). Rel. du XVIesiècle avec feuillage et entrelacs, attribuable à Clovis Eve.
21. Quæstiones theologicæ et philosophicae Cæsarii, S. Gregorii Nazianzeni fratris, gr. et lat. August. Vindel, 1626, pet. in-4, front. gr., v. fauve (Aux armes de De Thou).
28. Quatre livres de l’Imitation de Jésus-Christ, par Thomas à Kempis, chanoine régulier, traduits en françois du latin, pris sur le manuscrit original de l’auteur de l’an 1441, avec la vie du mesme autheur, recueillie par Héribert de Rosweyde, de la compagnie de Jésus. Paris, Claude Grould, 1657, in-32, réglé, mar. rouge, plats à compart., dorures à petits fers, tranche dorée et ciselée en mosaïque, coins et fermoirs en or massif, ouvrage émaillé. Aurait appartenu à la duchesse de La Vallière.
100. Filosofia naturale de M. Allessandro Piccolomini. Venise, Giorgio de Cavalli, 1565, in-8, v. fauve, pl., compart., plats et dos richement dorés, tr. dor. Rel. française du seizième siècle.
103 bis. L. Annei Senecæ Romani senatoris ac philosophi clarissimi libri duo de Clementia ad Neronem Cesarem, Joannis Calvini Noviodunæi commentariis illustrati. Paris, apud Ludovicum Cyaneum, 1532, pet. in-4. Dérelié.
238. Chants et chansons populaires de la France. Paris, Delloye, 1843-44, 3 vol. gr. in-8, fig. et musique, br., non rog.
675. Paul et Virginie, par Bernardin de Saint-Pierre. Paris, Curmer, 1836, gr. in-8, fig., br., n. r.
918. Nouvelle collection de Mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIesiècle jusqu’à la fin du XVIIIe, par Michaud et Poujoulat. Paris, 1835-39, 33 vol. gr. in-8, br.
989. John Smith Oppidum Batavorum, seu Noviomagum lib. singularis. Amstel., typ. Blaeu, 1645, pet. in-4, fig., mar. rouge, fil., tr. dor. (Rel. anc.). Aux armes du prince Eugène de Savoie.
1.031. Manuel du libraire et de l’amateur de livres, par Jacq.-Charles Brunet. Paris, Didot, 1860-65, 6 vol. en 12 tomes in-8, br.









Viewing all articles
Browse latest Browse all 464