Quantcast
Channel: Histoire de la Bibliophilie
Viewing all articles
Browse latest Browse all 473

Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet le Duc*, père du célèbre architecte

0
0
* C'est à son fils aîné, Eugène-Emmanuel Viollet le Duc (1814-1879), que le patronyme doit d'être orthographié avec des tirets, dans un souci de rationalité.




Descendant d'une famille de bourgeois de Paris portant « D'argent à un chevron d'or accompagné en chef de deux trèfles de sinople et en pointe d'un bouquet de violettes au naturel », Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet le Duc est né à Paris, le 30 mai 1781, de Jean-Nicolas Viollet le Duc (1741-1816), huissier, commissaire-priseur au Châtelet, et de Adélaïde-Françoise Boyaval (1750-1799).

Il dut abandonner ses études, forcé par la fermeture des collèges en 1793 et traumatisé l'année suivante par l'arrestation de son père comme « suspect et aristocrate », qui fut enfermé à la prison des Carmes.
À vingt ans, il fut placé chez un notaire, où il expédiait des grosses de huit heures du matin à dix heures du soir, puis il fut pourvu d'un emploi de chef de bureau au ministère de la Guerre. En 1804, il occupa le poste de sous-contrôleur du service du Grand maréchal du palais, Michel Duroc (1772-1813).
Le 18 juillet 1810, il épousa Élisabeth-Eugénie Delécluze (1785-1832), fille de l'entrepreneur de bâtiments Jean-Baptiste Delécluze (1733-1806) et de Marie-Geneviève Mathieu. 

1 rue Chabanais, Paris IIe
Le couple habita au 2eétage de l'immeuble appartenant aux Delécluze, 1 rue Chabanais [IIe] : au 1erétage résidait la veuve Delécluze et son second mari, Louis Foin, chef de bureau au ministère des Finances ; au 3eétage résidait Sophie Delécluze (1783-1840) et son mari, Antoine Clérambourg (1776-1855), fonctionnaire au ministère des Finances ; Étienne Delécluze (1781-1863), artiste peintre, occupait les 4eet 5eétages. Les deux beaux-frères, Viollet le Duc et Étienne Delécluze partageaient une même habitude de réception dans les salons de l'immeuble de la rue Chabanais : le vendredi chez Viollet le Duc, le dimanche chez Delécluze.

« Tous les vendredis soir se réunissait chez lui un groupe de lettrés dont plusieurs passaient leurs soirées à se parfumer de vieilles poésies. Joseph-Victor Le Clerc, Casimir Delavigne et son frère Germain ; le vieux Briffault, pareil à l'ombre de Ninus ; Paul Avenel, l'auteur du livre étrange Le Guillotiné stupéfait ; M. Patin, homme de goût, saturé de Virgile et d'Horace ; Delécluze, devenu le beau-frère de Viollet le Duc ; Beyle, esprit de trempe vigoureuse, plein d'aperçus éclatants, qui entreprit tout, qui eût pu tout achever et n'acheva rien, météore étrange et original, plus célèbre sous le pseudonyme de Stendhal ; Ampère, “ changeant comme le mois d'avril (fickle as April, ” dit Shakespeare), fils infiniment spirituel d'un homme de génie ; Mignet, talent sévère, un modèle de droiture et de dignité ; Sautelet, pétillant de verve ; tels étaient les habitués de ce cercle, qui se tenait alternativement le vendredi chez le Duc, le dimanche chez Delécluze, rue Chabannais, au coin de la rue Neuve des Petits-Champs. Le romantisme naissant défrayait d'ordinaire la conversation, qui tournait en discussions animées où Beyle faisait avec une vivacité spirituelle, une bravoure sans égale, sa partie paradoxale. Du sein de ces discussions sortit, vers 1819, l'essai d'un recueil périodique, le Lycée français, feuille purement littéraire qui voulait être classique, tout en admettant des compositions du goût le plus divers, et qui promit plus qu'elle n'eut le temps d'accomplir. » [sic]
(F. Feuillet de Conches. Causeries d'un curieux. Paris, H. Plon, 1868, t. IV, p. 14)

Sous la Restauration, en 1814, il devint sous-contrôleur des services du palais des Tuileries ; en 1824, il fut nommé conservateur des résidences royales et vérificateur des dépenses de la Maison du Roi. 

Palais des Tuileries

Après la révolution de 1830, il devint gouverneur des Tuileries, où il installa sa famille au cours de l'été 1831.

S'étant formé uniquement par la lecture des poètes, Emmanuel-Louis Viollet le Duc [dit « Viollet-Leduc »] débuta dans les lettres avec un Nouvel art poétique. Poëme en un chant (Paris, Martinet, 1809), qui fut son grand succès et qui eut trois éditions dans la même année. Suivirent Le Retour d'Apollon, poëme satirique (Paris, Janet et Cotelle, 1812), Philippiques à Napoléon (Paris, Marchands de nouveautés, 1815), L'Art de parvenir, poëme en un chant (Paris, Marchands de nouveautés, 1817), La Métroxylotechnie poëme en un chant (Paris, A. Bobée, 1820), Précis d'un traité de poétique et de versification (Paris, Bureau de l'Encyclopédie portative et Bachelier, 1829), Précis de dramatique ou De l'art de composer et exécuter les pièces de théâtre (Paris, Bureau de l'Encyclopédie portative et Bachelier, 1830).

Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet le Duc, par G. Staal.
Le Bibliophile français. Gazette illustrée.
Paris, Bachelin-Deflorenne, n° 6, avril 1869, p. 333. 

Il a pris part à la rédaction du Lycée français, ou Mélanges de littérature et de critique (Paris, Bechet aîné, 1819-1820, 5 vol.), et a donné de nouvelles éditions des Œuvres de Jean Rotrou (Paris, Th. Desoer, 1820, 5 vol.), des Œuvres de Boileau Despréaux (Paris, Th. Desoer, 1821), des Œuvres de Mathurin Regnier (Paris, Th. Desoer, 1822).



Le plus important de ses ouvrages fut le Catalogue des livres composant la bibliothèque poétique de M. Viollet le Duc, […]. Pour servir à l'histoire de la poésie en France (Paris, L. Hachette, 1843, in-8, 11-[1 bl.]-624 p., articles non numérotés), avec une « Table alphabétique des poëtes français annotés dans ce volume ».

« La spoliation des grandes bibliothèques avait couvert les boulevarts et les quais de ces livres dont j'étais curieux, que mes occupations ne me permettaient pas de consulter dans les établissements publics, et qui depuis sont devenus introuvables. Je différais en cela du plus grand nombre de nos amateurs actuels, que je n'achetais ces livres que pour les lire, et non pour leur beauté ou leur rareté : car personne n'en voulait, et leur emplète m'attirait les reproches de ma famille et les sarcasmes de mes amis, tant était étrange, à cette époque, mon goût pour ces bouquins ! Les Anglais, accourus en 1814, enlevèrent les dernières richesses en ce genre que possédaient encore quelques vieux libraires, et nos bibliophiles ne pensèrent à les désirer que quand il ne s'en trouva plus ; au point que c'est en Angleterre qu'ils vont maintenant les racheter au poids de l'or, afin de se procurer la satisfaction d'enfouir sous l'acajou ou le palissandre ces livres, dès lors perdus pour l'étude et pour eux-mêmes, qui souvent les ont touchés une dernière fois en les mettant sous clef.
Pour n'être pas confondu avec cette espèce de bibliotaphes, j'ai voulu faire connaître ces livres inconnus. […]
Je n'ai pas la prétention d'avoir composé une histoire complète de la poésie française. Mon ouvrage, s'il mérite ce nom, n'est que le catalogue, la liste des poëtes que je possède, avec des notices bibliographiques sur leurs différentes éditions ; l'analyse consciencieuse, accompagnée d'extraits, de ce que leurs œuvres contiennent, et la biographie de ces auteurs. […] Ce sont de simples matériaux pour un travail plus important, et dont je laisse l'exécution à un écrivain plus jeune que moi, plus habile, ou plus hardi.
On n'a cessé de m'objecter que ce titre de CATALOGUEque je donne à mon livre éloignerait bien des lecteurs. Cette considération fort sérieuse, en m'empêchant de trouver un libraire, m'a mis dans l'obligation d'imprimer à mes frais ; mais elle n'a pas eu le pouvoir de m'arrêter. […] Je tenais à mon titre de Catalogue, par l'excellente raison que ce livre n'est réellement qu'un catalogue ; […] Et puis j'ai vu passer sous mes yeux tant de livres rares et ignorés, provenant de bibliothèques précieuses vendues et dispersées de mon temps, dont il ne nous reste rien que ces catalogues qui ne donnent que des titres, encore souvent inexacts ou mal classés, rédigés à la hâte par des libraires illettrés, que j'ai craint le même sort pour le peu de livres que je possède. » [sic] (« Avertissement », p. 6-9)

Le soin que Viollet le Duc prit dans son catalogue de souligner les conditions, d'indiquer la grandeur des marges, la bonne conservation des reliures ou la qualité des papiers, témoignent de son expérience et de son ardeur de bibliophile.



Ce catalogue fut complété par un second volume : Catalogue des livres composant la bibliothèque poétique de M. Viollet le Duc […]. Chansons, fabliaux, contes en vers et en prose […] (Paris, J. Flot, 1847, in-8, XII-31-[1 bl.]-252 p.), avec une « Table alphabétique des chansonniers et de leurs ouvrages » et une « Table alphabétique des conteurs et de leurs ouvrages ».

La révolution de février 1848 lui fit perdre son emploi, l'expulsa du local où il avait réuni ses livres et le jeta dans un profond découragement. Il se retira à la campagne et se renferma au milieu de sa chère bibliothèque. Pour se compléter une modeste aisance – un honnête homme ne s'enrichit point dans les administrations publiques -, il se décida à se défaire d'une partie de sa bibliothèque, fruit de cinquante années de recherches et de travaux, en la livrant aux enchères : 


Bibliothèque de M. Viollet le Duc. Première partie. Poésie, conteurs en prose, facéties, histoires satyriques, prodigieuses, etc., addition : Œuvres de Voltaire, exemplaire unique (Paris, P. Jannet et Regnault, 1849, in-8, xj-[1 bl.]-224 p., 1.623 + 11a ou bis + 1b = 1.635 lots). La vente se déroula à la Maison Silvestre, 28 rue des Bons-Enfants, du lundi 5 au mercredi 21 novembre 1849, en 15 vacations.

« Plus tard, sans doute, un autre catalogue annoncera-t-il encore la vente du reste de mes livres sur l'art dramatique, les pièces de l'ancien théâtre français ; puis une collection d'ouvrages sur la langue française, la philologie, les logomachies, les proverbes, etc., etc. ; puis une multitude de livres à emblèmes, à gravures anciennes ; puis les historiens, les mémoires particuliers, et ces petits bijoux, recueils historiques que j'ai vus si recherchés dans un autre temps, et que j'avais acquis, classés, soignés et habillés, comme de vieux amis de jeunesse qui ne devaient m'abandonner qu'au tombeau. Je ne crois pas que l'ingratitude soit de mon côté : j'avais foi aux enseignements de l'histoire ; l'étude de ces livres m'a entretenu dans une fatale sécurité. Je reconnais la vanité de leurs leçons : ils m'ont trompé. » (p. vj)



Il y eut effectivement une deuxième partie, dont la vente s'effectua à la Maison Silvestre, du jeudi 17 au samedi 19 février 1853, en 3 vacations : Bibliothèque de M. Viollet le Duc. Deuxième partie. Théologie, jurisprudence, beaux-arts, théâtre, histoire (Paris, J. Jannet, 1853, in-8, [2]-42 p., 479 + 1bis = 480 lots).

Lié avec Pierre Jannet (1820-1870), successeur de Silvestre, qui avait entrepris la publication d'une « Bibliothèque elzévirienne », Viollet le Duc fournit à cette collection un roman, Six mois de la vie d'un jeune homme (1797) (Paris, P. Jannet, 1853), qui a parfois une apparence d'autobiographie, et l'Ancien théâtre françois ou Collection des ouvrages dramatiques les plus remarquables depuis les mystères jusqu'à Corneille (Paris, P. Jannet, 1854-1857, 10 vol.).


Emmanuel-Louis-Nicolas Viollet le Duc est décédé à Fontainebleau [Seine-et-Marne], 17 rue Marrier, le dimanche 12 juillet 1857, à 4 heures du matin.






Viewing all articles
Browse latest Browse all 473

Latest Images





Latest Images